Femme noire

Gayle King et Oprah Winfrey, les « sousous » des Blancs

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec le vocable sousou, ou ti sousou au Cap-Haïtien, je profite de la controverse soulevée par l’interview anti-Kobe de Gayle King pour vous définir ce terme haïtien par un bref rappel historique. Après tout, nous sommes en février… c’est le Mois de l’histoire des Noirs.

Le mot sousou est né dans les plantations coloniales de Saint-Domingue – Haïti. Il désigne les Soussous, une ethnie africaine originaire de la Guinée, qui étaient des esclaves domestiques dans la colonie de Saint-Domingue. Reconnus comme étant de grands cuisiniers, les Soussous avaient certes des privilèges par rapport à l’ensemble des esclaves.

Afin d’honorer son statut de larbin de « première classe », le Soussou pouvait même se tuer pour le maître. Il dénonçait tous les complots susceptibles de briser les chaînes de l’esclavage.

Bref, c’était un piteux espion à la solde des colons français, au grand mécontentement des esclaves des champs.

Ce n’est un secret pour personne : les dieux du stade sont Noirs, et l’élite blanche a dû se rendre à l’évidence que la supériorité des athlètes afro-descendants ne se limite pas qu’au basket-ball, au foot-ball, en athlétisme et à la boxe.

Un sousou de Saint-Domingue

Quand un Noir est au sommet de son art

Or, après avoir visionné la célèbre vidéo où l’on voit la journaliste afro-américaine Gayle King cherchant à ternir la réputation de l’athlète noir Kobe Bryant en posant des questions inappropriées à Lisa Leslie, vendredi dernier, nous constatons que le « sousouisme » de l’époque coloniale s’est modernisé.

Avant de poursuivre cette analyse, je tiens à souligner que je suis contre toutes formes de violences faites aux femmes, qu’elle soient physiques ou sexuelles. Et que je condamne les menaces de mort proférées contre Gayle King.

Cela dit, force est d’admettre que les conversations entourant la mort de Kobe Bryant ont quitté l’univers du sport pour aboutir dans le monde malsain de la racisation et de la traîtrise.

Cependant, nous allons rester encore un peu dans le domaine du sport afin de mieux saisir la polémique que continue de susciter la mort de Kobe Bryant.

Ce n’est un secret pour personne : les dieux du stade sont Noirs, et l’élite blanche a dû se rendre à l’évidence que la supériorité des athlètes afro-descendants ne se limite pas qu’au basket-ball, au foot-ball, en athlétisme et à la boxe.

Elle a également atteint les sports dits « de Blancs ».

Par exemple, nous savons tous que la domination de Tiger Woods dans le monde du golf est cauchemardesque pour plusieurs.

Et que dire de Serena Williams, qui est déjà considérée comme la plus grande tenniswoman de tous les temps?

En course automobile, la mise sous tutelle de la Formule 1 par l’Afro-Britanique Lewis Hamilton est devenue un cas urgent, où on tente par tous les moyens de stopper l’invasion noire…

Et le moyen le plus « efficace » est de se servir d’un Noir pour détruire… un autre Noir.

La réponse à ces questions est simple : se complaisant dans leur enthousiasme blanc, ces deux femmes millionnaires se conforment par mimétisme à la pensée de l’Amérique blanche, sans trop d’égards pour la communauté noire qui est soumise aux injustices raciales.

La duplicité d’Oprah enfin mise à jour

L’interview anti-Kobe de Gayle King

Malheureusement, de gré, Gayle King et Oprah Winfrey, qui ne ciblent que leurs semblables dans leur coalition dénonciatrice, collaborent avec l’ennemi, dont les racistes qui sont étourdis par le nombre de Noirs qui entrent dans la légende du sport professionnel.

Quelle tristesse!

Il est toutefois plus triste de constater qu’une icône comme Oprah se soit travestie en « chef de la milice bourgeoise » à des fins mercantiles.

En préférant les « billets verts » à la cause noire, elle nous montre ses vraies couleurs. En d’autres termes, l’opportunisme a eu le dessus sur le noirisme.

Enfin, pour mieux examiner la fragilité de l’esprit de solidarité et de fraternité de ces deux femmes noires influentes, je me suis posé ces deux questions élémentaires :

Pourquoi Gayle King a-t-elle insisté sur l’accusation de viol dans laquelle le nom de Kobe a été cité en 2003?

Pourquoi Oprah Winfrey ne traque-t-elle que les hommes noirs dans sa militance pour la défense des droits de la femme – #MeToo?

La réponse à ces questions est simple : se complaisant dans leur enthousiasme blanc, ces deux femmes millionnaires se conforment par mimétisme à la pensée de l’Amérique blanche, sans trop d’égards pour la communauté noire qui est soumise aux injustices raciales.

J’ajouterais même qu’elles sont deux femmes égarées sur l’île des « Joyeux Naufragés »…

Amicus Oprah sed major amicus veritas, comme dirait le grand philosophe Aristote. C’est-à-dire que j’aime bien ma sœur Oprah, mais j’aime encore plus la vérité.

Et la vérité est que, lorsqu’un homme noir se promène dans les rues des grandes villes des États-Unis, il est perçu comme un voleur qui doit être abattu. Et si celui-ci est accompagné d’une femme blanche, il devient un violeur qui doit connaître l’emprisonnement à perpétuité.

Voilà pourquoi la scission d’Oprah Winfrey et de Gayle King a mis les Afro-Américains en colère. L’affaire Trayvon Martin est encore fraîche dans la mémoire collective.

Et ils savent que dans le cadre du Mois de l’histoire des Noirs, ils revisiteront le Mississipi, où Emett Till, un jeune Noir de 14 ans, a été sauvagement tué à la suite de fausses accusations à connotations sexuelles faites par Carolyn Bryant, une femme blanche, en 1955.

Pourquoi pas les hommes blancs?

Quand est-ce que Gayle King et CBS vont-ils frapper à la porte de Roman Polanski et de Woody Allen, tous deux reconnus pour leur goût des ados de 13 ans?

Parlant de la chaîne CBS, Gayle, prévoyez-vous interviewer les 35 femmes qui ont été harcelées sexuellement par votre ancien collègue Charlie Rose?

Pourquoi Oprah et son cirque médiatique n’avilissent-ils pas l’ex-producteur Harvey Weinstein, qui fait face à des accusations d’abus sexuels, de harcèlement et de viol?

Oprah Winfrey et son ami Harvey Weinstein

Encore une fois, on ne peut répondre à ces dernières questions qu’en évoquant le sousouisme, la servitude.

Pour conclure, il y a certes des exigences liées au travail journalistique. Cependant, il y a aussi des obligations morales envers un peuple opprimé et affaibli.

Oprah Winfrey et Gayle King peuvent flagorner le monde blanc comme bon leur semble, mais qu’elles laissent l’âme de notre légende vivante reposer en paix…


Je vous invite à prendre part à la conversation en laissant un commentaire au bas du site. Merci.

11 Commentaires

  1. Bonjour Walter. J’aime beaucoup Oprah Winfrey. C’est une femme super intelligente, qui aurait probablement pu faire carrière dans n’importe quel domaine. Celui qu’elle a choisi ne m’intéresse guère, mais cela ne diminue en rien ses capacités.

    Le titre de ton article m’a donc accroché et tu m’as bien eu car tu ne parles à peu près pas de Winfrey, alors que je ne connais pas du tout Mme King. Tu aimerais que Mme Winfrey en remette sur Weinstein. A quoi bon? L’homme est déjà terrassé. Je n’ai aucune idée de l’identité des hommes noirs accusés, selon toi, par Mme Winfrey. Il aurait fallu que tu sois plus précis.

    Les carrières médiatique et d’entrepreneure de Mme méritent le plus grand des respects, d’autant plus qu’elle ne l’a vraiment pas eu facile. En quoi Mme Winfrey a-t-elle trahi les Afro-Américains, comme ton titre laisse entendre? D’ailleurs, je suis certain que ton opinion n’est pas partagée par la très grande majorité des Noirs du monde entier.

    • Walter Innocent Jr Répondre

      Salut Luc! Purquoi exempter Weinstein, alors que Bill Cosby, Michael Jackson et Russel Simmons, tous des Noirs, ont été ciblés par Oprah dans sa chasse #MeToo. Weinstein est terrassé? Et alors? Ça change quoi? Kobe est mort, ainsi que Michael Jackson, et ça n’a pas empêché Winfrey et Gayle King de les attaquer. Et crois-moi : je ne suis pas le seul à critiquer Oprah Winfrey. Va sur les chaînes Youtube, et tu comprendras que les Afro-Américians lui en veulent énormément.

      Même ici, au Québec, la plupart des Noirs jurent d’en avoir ras-le-bol de cette dame. Certains, surtout les femmes affirment que cela fait depuis quelques années qu’ils ont déserté son « fan club ».

      Il faut bien suivre l’histoire depuis le début pour comprendre.

  2. Bonjour Walter. Il est injuste de reprocher à Mme Winfrey de s’être enrichie aux dépends de sa communauté. As-tu déjà fait le même reproche à Micheal Jordan? Pourtant il semble que Oprah Winfrey a contribué beaucoup plus à la communauté noire en général. Voici quelques lignes de Wikipedia

    By 2012, she had given away about $400 million to educational causes.

    In 2013, Winfrey donated $12 million to the Smithsonian’s National Museum of African American History and Culture.

    In 1998, Winfrey created the Oprah’s Angel Network, a charity that supported charitable projects and provided grants to nonprofit organizations around the world. Oprah’s Angel Network raised more than $80,000,000.

    In the wake of Hurricane Katrina, Winfrey personally gave $10 million to the cause.

    Winfrey invested $40 million and some of her time establishing the Oprah Winfrey Leadership Academy for Girls in Henley on Klip south of Johannesburg, South Africa.

    —————————————————————————————-

    D’autre part, je suis d’accord, tu le savais déjà, que les athlètes noirs sont jugés beaucoup plus sévèrement que leur contrepartie blanche. Un exemple qui m’a beaucoup attristé est une chronique de souvenirs des anciens Expos. Hélas, je ne peux pas retracer cette chronique. La chronique consacrait un court passage sur les principaux joueurs.

    Tim Raines et Vladimir Guerrero sont, à mon avis, les joueurs les plus talentueux à avoir gradué avec les Expos. Ils sont suivis de près, en ordre chronologique, par Carter, Dawson et Walker. Pourtant tout ce que ce journaliste avait à dire sur Raines est que les préposés au terrain montréalais cachaient de la cocaïne sous le deuxième but pour l’inciter à le voler. Il y avait d’autres vacheries dans cette chronique et elles ne visaient que des Afro-Américains.

    • Walter Innocent Jr Répondre

      Luc, je n’ai pas fait de reproche publiquement à Michael Jordan, mais sache que dans mon entourage, c’est connu que je ne suis pas un fan. Je le critique régulièrement. Selon moi, il s’en fout de la communauté.

      Et quant aux oeuvres de chaité de Mme Winfrey, tant mieux, mais n’en demeure, elle est une vendue.

      Merci pour cette belle opposition, mon cher Luc. Cela anime bien le débat.

  3. Rebonjour Walter.

    Voulant en savoir plus sur Mme King et Kobe Bryant, j’ai fait une rapide recherche Google. Le premier vidéo offert concernant la controverse est celui-ci

    https://www.youtube.com/watch?v=jZXIuk4779k

    Mme King déplore que l’employé responsable du clip publicitaire de l’interview King-Leslie a complètement dénaturé l’interview. Mme King est furieuse contre CBS. CBS a reconnu sa responsabilité et fait enquête sur le pourquoi de ce dérapage.

    Il semble que Mme Winfrey n’a pas du tout commenté sur Kobe Bryant, mais n’a fait que soutenir son amie, attaquée violemment.

    Je n’ai pas vu d’autres documents et je n’ai pas l’intention de poursuivre dans cette direction.

    • Walter Innocent Jr Répondre

      Luc, Gayle King savait très bien ce qui se passait. Elle voulait réussir son interview de la même manière qu’elle l’a fait avec R Kelly. Sauf que Kobe Bryant n’est pas R Kelly. Elle a mal mesuré son geste.

      Quant à Oprah, comme j’avais mentionné, les gens n’aiment pas le fait qu’elle s’ataque qu’aux Noirs dans sa démarche dénonciatrice : Cosby, Michael, Russell Simmons. Il est vrai qu’elle n’a pas parlé de Kobe, mais n’oublions pas qu’elle et Gayle sont des amies inséparables, donc elle est associée au complot anti-Kobe.

      Encore une fois, mille mercis pour ta participation, Luc. Il me fait toujours plaisir de pouvoir tutoyer un intervenant sur mon site.

  4. Oprah Winfrey, une vendue! Il faut faire attention au langage, Walter. Ce n’est évidemment pas ton intention, mais je ne crois pas me tromper en disant que les pires massacres des temps modernes ont commencé par des injures.

    René Lévesque et son équipe talentueuse de 1976 m’ont procuré une certaine ferveur souverainiste. Mais le sectarisme extrême de plusieurs souverainistes m’ont pas la suite complètement refroidi. Entre autres, ils qualifiaient très fréquemment les fédéralistes de traites.

    Pour revenir à Mme Winfrey, je connais, comme tu sais, un certain nombre de gens en provenance de l’île de St-Vincent. A ce que je sache, ils ont tous Mme Winfrey en haute estime. Si on fait la balance entre les plus et les moins de Mme Winfrey, je leur donne 100% raison.

  5. Correction:

    Mais le sectarisme extrême de plusieurs souverainistes m’a par la suite complètement refroidi

Laisser un commentaire