Culture

Le Gala Dynastie bientôt diffusé à Radio-Canada ?


Samedi dernier, le Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts a été le théâtre d’un magnifique rassemblement artistique et culturel au cours duquel la créativité et l’excellence des communautés noires ont suscité des commentaires élogieux. Parmi ces discours, l’un a particulièrement enchanté le public.

« Non, mais y a des gens de Radio-Canada ici, hein… Je pense que… Écoutez ça ! Regardez ça ! Je pense que ce gala doit être diffusé à la télé. Je pense qu’il y a des gens qui doivent voir ce gala-là. Sincèrement. »

Une soirée parfaite

Ces paroles, qui ont été reçues par des applaudissements nourris, ne proviennent pas de moi ni des gens qui étaient assis à côté de moi pour assister au Gala Dynastie.

Elles ont été prononcées par nul autre que Patrick Rozon, vice-président aux contenus francophones du Groupe Juste pour rire.

C’était un show à ne pas manquer, et les millions de téléspectateurs et téléspectatrices de Radio-Canada ont malheureusement loupé ce rendez-vous annuel.

Invité à présenter le prix de l’humoriste de l’année, M. Rozon s’est empressé de s’exprimer sur l’atmosphère de réjouissance qui régnait à la 6e édition du Gala Dynastie. En effet, avant de larguer sa bombe qui a fait vibrer le Théâtre Maisonneuve, il a insisté pour dire qu’il assiste à de nombreux galas, mais que celui-là est de loin le plus festif qu’il ait vu depuis longtemps.

Pour vous décrire la frénésie des spectateurs, Patrick Rozon a pris le soin de mentionner que c’était la première fois qu’il recevait un « standing ovation ».

Comme je suis un amoureux de l’histoire, je n’ai pu m’empêcher de comparer la phrase « Je pense que ce gala doit être diffusé à la télé » proclamée par Rozon au célèbre « Vive le Québec libre » du général Charles de Gaulle, qui a galvanisé le peuple québécois depuis le balcon de l’hôtel de ville de Montréal en 1967.

Inutile de vous dire que je partage l’opinion de M. Rozon en ce qui concerne la diffusion du Gala Dynastie, et les centaines de personnes qui ont sauté de joie à l’annonce de cette idée n’attendaient que ce moment, c’est-à-dire qu’une voix se lève pour réclamer la présence de leur gala au petit écran.

Pour situer les choses dans leur contexte, permettez-moi de préciser que ce n’est pas tant la peau caucasienne de Patrick Rozon qui donne du poids à son message, mais davantage le fait qu’il soit à la tête d’un festival dont les galas sont retransmis à la télévision depuis les années 1980.

Si je devais évaluer le gala sur une échelle de un à dix, j’opterais pour la perfection.

Car il y avait du beau monde, l’ambiance était agréable, l’animation me paraissait sans égale et le Black Carpet (tapis rouge) a été à la hauteur des attentes du monde glamour et jet-set.

Il était une fois Michael Jackson et MTV

Et il convient de souligner que cette soirée parfaite a été diffusée en direct sur le Web.

Cela dit, pourquoi voudrait-on que le Gala Dynastie soit diffusé à la télévision ?

Qu’il me soit permis de répondre à cette question par d’autres questions :

Comment les chaînes de télévision ont-elles pu priver le grand public de la performance magistrale de l’humoriste Preach dans le rôle de maître de cérémonie, des pas de danse de Lamine Touré, père du Club Balattou et fondateur des Nuits d’Afrique, qui a été enterré dans le monde imaginaire du ministre Benoit Charette ?

Et que dire de Yama Laurent, gagnante de La Voix 2018, qui a démontré son incroyable talent de chanteuse en rendant hommage aux disparus Don Karnage et Karim Ouellet ?

Je pense également aux larmes versées par le comédien Frédéric Pierre lorsqu’il prononçait son discours après avoir reçu le prix icône Dynastie ainsi qu’au débordement de joie d’Aïsha Vertus, alias Gayance, quand elle a appris qu’elle était la révélation musicale de l’année.

Or, l’immense succès des vidéos « Billie Jean », «Beat It » et « Thriller » ont permis à MTV de réaliser son premier bénéfice trimestriel. Autrement dit, Michael Jackson a sauvé la vie de la chaîne de télévision qui le rejetait.

C’était un show à ne pas manquer, et les millions de téléspectateurs et téléspectatrices de Radio-Canada ont malheureusement loupé ce rendez-vous annuel.

Un autre combat ?

De plus, pour le dire simplement, dans le processus de reconnaissance des artistes, la télévision joue un rôle clé.

Ils ne l’admettront peut-être pas ouvertement, mais les artistes sont très flattés de savoir que des centaines de milliers, voire des millions de gens peuvent les applaudir à la maison lorsqu’ils sont honorés.

Pour analyser ce sujet de manière exhaustive, je vous ramène 40 ans en arrière, sur la petitesse d’esprit d’une grande chaîne de télévision américaine.

Au début des années 1980, Michael Jackson et d’autres artistes noirs ont été systématiquement ignorés par MTV, une chaîne de télévision fondée en 1981, qui, autrefois, était spécialisée dans la diffusion de vidéo-clips musicaux.

En 1983, face aux menaces de boycott de Sony Music et du chanteur David Bowie, MTV a accepté de jouer le vidéo-clip Billie Jean, la chanson phare de Michael Jackson, et les cotes d’écoute ont été phénoménales.

De ce fait, MTV a dû changer sa mentalité en ce qui a trait à la musique noire.

Pour la petite histoire, MTV avait connu des pertes de 50 millions de dollars après seulement deux années d’existence, et sa société mère était prête à tout arrêter.

Or, l’immense succès des vidéos Billie Jean, Beat It et Thriller ont permis à MTV de réaliser son premier bénéfice trimestriel. En d’autres mots, Michael Jakson a sauvé la vie de la chaîne de télévision qui le rejetait.

C’est drôle, en soutenant un plaidoyer en faveur de la diffusion du Gala Dynastie à la télé, j’ai l’impression de passer en revue les nombreuses discussions dans lesquelles le manque de diversité culturelle dans la télé traditionnelle québécoise était au menu.

J’ai l’impression de patauger dans une incessante tautologie où les mots « race », « représentativité » et « diversité » s’entremêlent.

Autrement dit, j’ai le sentiment de vivre le combat que Carla Beauvais et Jean-Claude Duliepre, co-fondateurs du Gala Dynastie, ont mené il y a quelques années.

Pour ceux qui ne le savent pas, le Gala Dynastie a été fondé en 2016 dans le but de récompenser des personnalités de la communauté noire qui gravitent dans les arts, la culture et les médias, et qui sont ostracisées par les autres galas du Québec.

Or, depuis 2017, de différents prix sont décernés à des artistes et des professionnels des médias qui excellent, tant au niveau national que mondial.

Pour vous donner une idée du succès du Gala Dynastie et de la richesse de talents de la communauté noire, cette année, la Fondation Dynastie a créé les Prix médias Dynastie, qui sont dédiés aux artisans afrodescendants œuvrant dans les médias.

Personnellement, je me souviendrai toute ma vie de cette 6e édition du Gala Dynastie. Certes, six ans, c’est relativement jeune, mais cet événement prestigieux est assez mature pour faire le saut dans le monde de la télévision.

Que ce soit sur les ondes de Natyf TV, de Radio-Canada ou d’autres chaînes de télé québécoise, je suis optimiste que la célébration de l’excellence des communautés noires sera bientôt télédiffusée.

Ce sera un petit pas pour le Gala Dynastie, mais un grand pas pour la communauté noire et un bond de géant pour la diversité culturelle à la télé québécoise.


Je vous invite à participer à la conversation en laissant un commentaire un peu plus bas sur le site. Merci.


2 Commentaires

  1. Les Prix médias Dynastie ont été diffusés sur une nouvelle télé fondée par des blacks. Je trouve dommage que tu ne l’as pas cité, au lieu d’espérer qu’une Carla Beauvais crée un bet Québécois qui pourtant existe déjà: Natyf TV

    • Walter Innocent Jr Répondre

      Je suis entièrement d’accord avec vous, John. Je ne savais pas que Natyf TV a été fondé par des Noirs. J’ai modifié le contenu du texte. Merci camarade, et à bientôt.

Laisser un commentaire