Actualités

Le profilage racial et la désunion dans la communauté haïtienne

Depuis quelques temps, je m’inquiète de certains débats tenus sur les réseaux sociaux par des membres de la communauté haïtienne. Depuis hier, soit sept jours après l’anniversaire de la Bataille de Vertières, Facebook est devenu un véritable champ de bataille où s’affrontent des frères et soeurs haïtiano-québécois.

En temps normal, vu l’actualité, je ne devrais consacrer ce texte qu’aux hommes en bleu qui interpellent sans raison aucune les jeunes Noirs des quartiers Saint-Michel et Montréal-Nord. Dieu seul sait combien de témoignages et de faits historiques concernant le profilage racial sont emmagasinés dans ma mémoire.

S’unir pour engendrer un changement

Le profilage racial, tout comme son « grand frère » le racisme, est un sujet à ne pas aborder avec légèreté. Établie depuis des décennies, cette pratique sordide, qui a des effets néfastes sur la vie des Noirs, doit être combattue collectivement.

Combattre le profilage racial collectivement

Or, comment peut-on espérer remporter la victoire quand des duels fratricides fragmentent notre équipe?

Pour mieux répondre à cette question, nous devons nous demander si le SPVM et la Ville de Montréal lavent leur linge sale sur les réseaux sociaux, comme nous l’avons fait au cours des derniers jours.

Certes, les divergences d’opinions existent dans tous les groupes, mais dans notre cas, nous ne devons pas exhiber notre linge sale sur Facebook, car on conclura que la désunion est la faiblesse des Haïtiens, et Jean-Jacques Dessalines se retournera dans sa tombe.

Je suis persuadé que les personnes impliquées dans cette « querelle familiale » sont de bonne foi. En réalité, nous chérissons tous la Communauté, mais chacun d’entre nous a sa manière de la caresser.

Chacun d’entre nous a une vision différente quant à la question du profilage racial et le rapport sur le sujet qui a été rendu public : certains y portent un regard en mettant des lunettes de Malcolm X, tandis que d’autres mettent des lunettes d’intellectuels. Et c’est également correct que quelques-uns aient la vision floue.

Malclom X

Ça prend toute sorte de monde pour faire un monde, et toutes sortes d’idées pour bâtir une communauté forte.

« Du pain et des jeux »

Sans avoir à nommer qui que ce soit pour ne pas animer ce spectacle – disputes sur Facebook – à l’allure du Panerm et Circances – du pain et des jeux – du cirque, je vous dresse un portrait de la situation par une analogie historique.

Dans la Rome antique, pour détourner le peuple des enjeux de grande importance, l’empereur distribuait du pain et organisait des jeux de cirque impliquant des sensations fortes.

Après s’être remplie l’estomac, la population romaine se noyait dans l’illusion du bonheur et de satisfaction en voyant les gladiateurs s’entretuer, tout en scandant : « Du pain! Des jeux! Du pain! Des jeux… »

En d’autres termes, le Peuple oubliait ses soucis et les mauvaises politiques des dirigeants romains.

Les gladiateurs de la Rome antique

Or, à l’instar du peuple romain, si nous continuons à nous entredéchirer, nous finirons par oublier le profilage racial comme enjeu d’importance, au grand plaisir des forces de l’ordre de la Ville de Montréal.

Ainsi donc, en toute humilité, j’invite les personnes concernées par ce « Black-on-Black » facebookien à mettre fin aux hostilités afin que nous fassions face aux défis de la société québécoise.

Comme dirait Ti Manno « pa gen rezon pou-n fè polemik » – il n’y a pas lieu d’entrer dans une polémique , car cela ne fera pas avancer la communauté.

Certes, après le dévoilement du rapport confirmant l’existence de discrimination raciale systémique au sein du SPVM, on peut affirmer que le temps est sombre.

Cependant, pour paraphraser le regretté Sénateur Émile St-Lôt, « l’esprit doit briller… »


Je vous invite à prendre part à la conversation en laissant un commentaire au bas du site. Merci.

2 Commentaires

  1. Daryl Saint-Vil Répondre

    Salut cousin. Honnêtement, quand je vois ce texte, je me pose moi-même la question: « Pourquoi tout ça entre nous »? C’est vraiment bête. On dirait que tout le monde ne voit que son nombril. Moi je veux changer ça, mais j’ai une façon de le faire qui prendra du temps, mais beaucoup de temps.

  2. les blancs les méchants racistes et les noirs les gentilles victimes alors oui pourquoi ?

Laisser un commentaire