Actualités

Le Racisme de José Gaudet : Et Si Bell Média Appartenait à Un Noir?

Si vous aviez besoin de preuves pour voir à quel point le racisme est présent au Québec, ne cherchez pas plus loin que la blague de José Gaudet.

Et après un regard rétrospectif sur la récurrence d’actes ou de paroles racistes dans les médias au cours des dernières années, je constate que le racisme connaîtra encore de beaux jours dans la Belle Province.

Une histoire qui se répète

De la controverse du défilé de la Saint-Jean-Baptiste, en passant par le Blackface du Théâtre du Rideau vert, aux propos haineux des deux incultes d’Occupation Double, les racistes s’en donnent à cœur joie, jouissant de l’impunité de leurs supérieurs.

Quant à Gregory Charles, qui est dans le mitan de cette histoire, il devrait exiger à son optométriste de lui prescrire les mêmes lunettes que portaient Patrice Lumumba et Malcolm X.

Gregory Charles

Car, ne pas percevoir le racisme de son soi-disant chum qui l’a « chosifié » en dit long sur sa vision.

Que puis-je bien écrire sur le comportement inacceptable de ce José Gaudet, qui symbolise la bêtise au Québec?

Qu’il diffuse la pollution intellectuelle?

Confusément, en dépit de leur inanité, il me faudrait deux, trois, ou même quatre textes pour exprimer tout le mal que je pense de ces humoristes qui se cachent derrière leurs mauvaises blagues pour prononcer des discours à connotation raciale.

Le racisme en toute impunité

Après des excuses faites par ces racistes suite à un scandale, on demande aux gens racisés de tourner la page, en attendant le prochain José Gaudet.

Comme dit l’activiste Will Prosper, les excuses ne suffisent plus.

C’est toujours la même chanson où les notes sont fausses.

Il y a forcément lieu de douter de la sincérité des paroles de ces fautifs.

Il y a tout aussi lieu de s’inquiéter de l’inaction de Bell Média dans ce dossier.

Le Blackface du Théâtre du Rideau vertD’ailleurs, posons-nous cette question!

L’absence des Noirs dans les médias

D’ailleurs, posons-nous cette question!

José Gaudet utiliserait-il le nom du patron de Bell Média pour faire rire ses auditeurs de cette manière?

Bien sûr que non!

Il sait qu’il perdrait son emploi sur le champ.

Simplifions un peu l’équation!

Si Bell Média appartenait à des Noirs, parlerait-on de José Gaudet, d’excrément et de Gregory Charles aujourd’hui?

Encore négatif.

Avez-vous déjà entendu Pierre Bruneau ou Mario Dumont du réseau de télévision TVA critiquer Pierre Karl Péladeau?

Non! Ils savent bien que celui-ci est leur patron…

Or, en faisant sa blague, José Gaudet savait parfaitement qu’aucun Noir n’est à la tête de Bell Média.

En fait, il est au fait de l’absence des Noirs à la radio et à la télé, que ce soit au niveau artistique ou décisionnel. 

Il est aussi au fait de la précarité sociale et éconmique de la communauté noire.

Donc, on peut conclure que son racisme est un racisme lâche, qui sélectionne ses victimes.

Poussons plus loin notre réflexion, sans passer par quatre chemins!

À quand remonte la dernière blague discriminatoire sur la communauté juive dans les médias?

Ah!

Je n’aime pas trop le jeu de comparaison entre communautés ethniques, à savoir laquelle est la meilleure, la plus belle, la plus puissante…

Chacune a sa réalité, sa force et son vécu.

Cependant, nous pouvons analyser le respect qu’imposent d’autres communautés afin d’en faire autant, ou peut-être mieux qu’eux.

Une prise de conscience collective

En tant que Noir, j’insiste sur la nécessité de dénoncer tout acte raciste.

Toutefois, certains de ces actes devraient susciter une prise de conscience générale sur nous-mêmes.

Et ne pensez surtout pas que cette prise de conscience est antinomique à nos démarches dénonciatrices.

Bien au contraire.

La cogitation et l’action sont des mots qui vont très bien ensemble, comme diraient Paul Mccartney et John Lennon.

De plus, je termine ce texte en m’inspirant d’une chanson du regretté Lennon.

Imaginez les Noirs contrôler le monde médiatique du Québec, où le racisme serait banni. Et où l’image des Noirs serait positive.

Imaginez la création de plusieurs entreprises noires, à l’instar du Groupe 3737, dirigées par des racisés. Pouvez-vous y croire, mes amis?

Imaginez tous les Noirs sachant qu’ils sont les seuls maîtres de leur destin.

Imaginez un Premier ministre noir criminalisant certains actes racistes.

Vous pouvez dire que je suis rêveur. Mais je ne suis pas le seul.

J’espère qu’un jour, vous y croirez aussi, et que les Noirs vivront unis…

4 Commentaires

  1. Un excellent article. Le Québec et le Canada doivent mettre en place des lois et des mesures d’Equité et de Représentation des minorités à tous les niveaux de l’administration privée et publique. Je préconise la représentation des Noirs, des Arborigènes dans la direction des médias, des bureaux gouvernementaux, dans le but de mettre en application des mesure de Tolérance Zéro du Racisme, que vous exprimez. Oui, quand les Noirs, les Arborigènes et les autres minorités feront partie de tous les conseils d’administration, le racisme pourra être combattu efficacement.

    • Walter Innocent Jr Répondre

      En effet, Edy Laraque, les Noirs doivent être présents dans toutes les sphères de la société pour mieux lutter contre le racisme. Et j’aime bien que vous ayez inclus les Aborigènes ainsi que les autres minorités dans l’équation. J’apprécie beaucoup votre commentaire à la fois éloquent et constructif.

      Et milles mercis pour le compliment. Au plaisir de vous relire, camarade.

  2. Bonjour Walter. Premièrement, félicitations pour votre site. C’est très bien fait et écrit. Bravo aussi de ne pas avoir utilisé une page Facebook!

    Je partage votre avis, Gaudet méritait un congédiement immédiat. Le fait qu’il était en direct et donc sujet à faire des gaffes, n’est pas une excuse suffisante, car il me semble impossible qu’il ait fait cette « blague » spontanément. Il l’avait fort probablement déjà faite en privé auparavant.

    Les Charles, Diouf, Brahtwaite (surtout lui!) et même, dans ce cas-ci, Bell Média ont tous la même peur de dénoncer le racisme. Ils craignent le ressac des Québécois francophones qui sont, en général, hypersensibles sur ce sujet.

    Ce n’est pas un hasard si le gouvernement Couillard, malgré une excellente performance économique et financière, a fortement reculé dans les intentions de votes à partir du moment qu’il a osé souhaiter l’établissement d’une enquête sur le racisme systémique.

    Vous mentionnez les journalistes de Québécor. En effet, ils craignent beaucoup le grand patron, surtout au JdeM, car ils ne sont pas syndiqués. D’autre part, un des thèmes favoris de plusieurs chroniqueurs de ce journal est le supposé assaut que subit les mâles blancs hétéros. On se croirait au Trumpistan

    La tactique favorite de chroniqueurs tels Sophie Durocher ou Mathieu Bock-Coté est de ridiculiser des féministes ou multiculturalistes ayant des arguments douteux, puis de réconforter leur lectorat en laissant entendre que l’ensemble des protestations du même type ne sont pas justifiées.

    Un petit mot sur la controverse du défilé de la St-Jean en 2017. Il semble bien qu’il n’y avait pas de mauvaises intentions. Seulement, il est très dommage que l’offense du « tableau » n’ait pas sauté aux yeux des organisateurs.

    A la prochaine.

    • Walter Innocent Jr Répondre

      Wow! Mon ami Luc! Quelle heureuse surprise! J’espère que tu vas bien. Tu sais, j’ai encore souvenance de ces longues heurs que l’on passait à discuter de politique, de sport et de la société, et, bien entendu, le racisme était très présent dans nos conversations. Une dizaine d’années plus tard, on ne peut pas dire que les choses ont changé.

      Ton commentaire est tellement pertinent, que je n’ai rien à ajouter. Et je vois que tu n’es pas qu’un excellent mathématicien. Ton verbe est très remarquable.

      C’est très plaisant de te lire, Luc, et ce serait encore plus plaisant si d’autres Québécois blancs pouvaient s’afffranchir de leur déni.

      Merci pour les compliment, cher ami, et à bientôt!

Laisser un commentaire

Share via