Société

Le suicide, un tueur si proche dans la communauté noire


Chaque année, on rapporte plus de 800 000 cas de suicide dans le monde et le nombre de tentatives est encore beaucoup plus élevé. Au Québec, les statistiques révèlent que le suicide est en baisse, tandis que dans la communauté noire, le tableau se noircit : un bon nombre d’Afro-descendants qui ont été aux prises avec des idées sombres ont choisi de fuir la vie en se réfugiant dans le suicide.

Et leurs proches, la plupart du temps, n’ont rien vu venir et ne veulent pas y croire.

Chers compatriotes, pour mieux affronter ce problème, nous devons reconnaître que le comportement suicidaire est de plus en plus présent dans notre communauté. Il pénètre dans nos maisons sans frapper à la porte et s’installe avec ses acolytes, la dépression, le stress, la tristesse, la solitude et le désespoir.

Et il n’existe rien de plus désagréable que de se rendre compte trop tard qu’un ami ou un proche qui s’est enlevé la vie nous envoyait subtilement des signaux de détresse. Devant cette tragique situation, on veut que la Terre arrête de tourner. On devient confus et pensif.

Un tueur silencieux

Dans son roman « Les Misérables », Victor Hugo nous fait savoir que « dès qu’il touche à nos proches, le suicide s’appelle meurtre ».

En réalité, le suicide est un tueur si proche, un drame silencieux, qui est devenu un fléau pour la communauté noire.

Malheureusement, la brutalité avec laquelle le coronavirus frappe nos quotidiens a des répercussions majeures sur notre santé mentale : pertes d’emploi, réduction des contacts avec la famille et l’entourrage, divorces et j’en passe.

Et il n’existe rien de plus désagréable que de se rendre compte trop tard qu’un ami ou un proche qui s’est enlevé la vie nous envoyait subtilement des signaux de détresse. Devant cette tragique situation, on veut que la Terre arrête de tourner. On devient confus et pensif.

On essaie de comprendre l’acte suicidaire de cet être cher. On se demande pourquoi on n’a pas pu déceler son mal de vivre. Enfin, on se dit : « peut-être que j’aurais dû faire ceci, faire cela… »

Pourtant, un vieil adage nous enseigne que les yeux peuvent nous révéler un tas de choses si on sait bien les lire. La pupille de l’œil, qui, selon les dires, est le portail de l’esprit, a tendance à se dilater quand on pense beaucoup.

Cependant, lorsqu’il s’agit de comportement suicidaire, les choses se compliquent : les signes d’une personne déprimée ne sont pas toujours visibles.

Si nous avons pu lire la déception dans les yeux de Will Smith lorsque son épouse, Jada Pinkett, lui décrivait son « entanglement » avec son ancien amant il y a quelques semaines, il nous est plutôt difficile de percevoir les idées noires chez un proche qui est suicidaire.

Une communauté qui n’exprime pas ses émotions

Voyez-vous, chers amis, la fierté et la résilience, qui caractérisent notre communauté, ne nous permettent pas de verbaliser nos souffrances.

L’homme noir ne peut montrer aucun signe de vulnérabilité et de désespoir, et on exige de la femme noire, souvent perçue comme la « fanm poto-mitan », qu’elle soit forte en toute circonstance alors que, selon des sources œuvrant dans le domaine de la santé mentale, la dépression, un état d’une profonde tristesse et d’abattement, secoue la Communauté.

Certains d’entre nous parviennent même à biologiser le suicide en lui apposant une étiquette caucasienne.

Quelle aberration ! Quelle étroitesse d’esprit !

Pour ne pas perdre la face, nous nous dissocions de tout ce qui est relatif aux troubles mentaux.

Lorsque la dépression, la bipolarité et la schizophrénie nous rendent visite, elles deviennent un secret honteux enfermé dans le placard.

Combien de lettres d’adieu de nos frères et sœurs de la Communauté devrons-nous collectionner avant que nous nous penchions sérieusement sur la question de l’acte de mort volontaire ?

Quelle autre preuve vous faut-il pour vous rendre compte de l’urgence d’un forum sur le suicide dans les communautés noires de Montréal ?

Ne vous fiez pas toujours aux belles photos vous montrant le sourire radieux d’un proche sur les réseaux sociaux, car dans la vie réelle, une conversation téléphonique ou une visite vaut beaucoup plus qu’un « like » sur Facebook et Instagram.

De mon côté, le départ volontaire du fils de mon amie d’enfance le mois dernier m’a fait comprendre que je dois aborder le sujet de la crise des suicides qui sévit dans ma communauté autant que je dénonce le racisme dans mes écrits.

Un S.O.S lancé à la communauté noire

La fin de semaine dernière, comme vous le savez, un entrepreneur et père de famille apprécié dans la communauté a mis fin à ses jours. Je ne le connaissais pas personnellement, mais aussi tardif soit-il, je me fais un devoir de répondre à son appel au secours…

Ce S.O.S a été lancé pour attirer notre attention sur la fragilisation de la santé mentale de notre chère communauté.

De ce fait, Gens de la Communauté, nous devons apprendre à repérer à temps les signes de détresse d’un cousin, d’une amie ou d’une connaissance qui ne voit pas d’autre solution que le suicide lorsqu’il ou elle traverse une crise grave.

Ne vous fiez pas toujours aux belles photos vous montrant le sourire radieux d’un proche sur les réseaux sociaux, car dans la vie réelle, une conversation téléphonique ou une visite vaut beaucoup plus qu’un « like » sur Facebook et Instagram.

L’an dernier, Natasha, une amie de longue date, me racontait que, sur Facebook, elle était la femme la plus heureuse du monde. Elle avait plus de 3 000 amis.

Toutefois, quand elle se déconnectait du site de Mark Zuckerberg, elle se sentait seule, triste et désemparée, et qu’en son for intérieur, elle troquerait ses milliers de « like » et de « cœur » accumulés sur les réseaux sociaux contre un « Bonjour! Comment vas-tu? »

En matière de lutte contre le suicide, je crois que nous aurions beaucoup à apprendre de l’auteur haïtien Jerry Alexandre, qui, selon ses dires, a survécu à 9 tentatives de suicide.

En voilà un qui n’est pas prisonnier des stéréotypes de la masculinité.

Et ce serait « fou » de ne pas suivre les conseils de Varda Étienne, qui nous sensibilise à la maladie mentale.

Il convient également de saluer la famille de Patrice Bernadel, plus particulièrement Vlad, son frère, qui, dans un esprit démocratique, a révélé publiquement la cause de la mort de celui qu’on appelait « Monsieur Macaron ».

« J’implore donc tous ceux et celles qui souffrent en silence depuis le début de cette pandémie de ne pas avoir honte de demander l’aide psychologique », peut-on lire sur sa page Facebook.

Ces paroles libératrices me permettent de croire qu’il y a une lueur d’espoir en ce qui a trait à l’Omerta qui persiste dans notre communauté lorsqu’il est question de suicide et de santé mentale.

En conclusion, chers amis, sachez qu’à Montréal, 200 personnes s’enlèvent la vie annuellement, et que dans l’ensemble de la province, 3 personnes se suicident chaque jour.

Cependant, au-delà de ces chiffres révélateurs, les chiffres à retenir sont 1 866-277-3553. Cela peut sauver bien des vies…


Je vous invite à participer à la conversation en laissant un commentaire un peu plus bas sur le site. Merci.

15 Commentaires

  1. Alexandro Casimir Répondre

    Merci mon frère pour ce bel article empreint de toute la sensibilité que le sujet requiert. C’est en effet un fléau qui frappe sans discriminer et qui demande une certaine vigilance pour en déceler les signes avant-coureurs très subtiles, bien souvent. J’apprécie beaucoup la profondeur de tes sujets et l’élégance de ta plume.
    Bravo!

    • Walter Innocent Jr Répondre

      Un gros merci pour les bons mots, Alexandro! Comme vous le dites, nous ddevons être très vigilants si nous ne voulons pas être ravagés par le suicide.

      J’espère vous revoir sur le site Selon Walter de nouveau. À bientôt.

      • Merci pour le message sur la maladie mentale.
        Moi même j’ensoufre et ça fait 10 ans je me fais soigner par mon médecin de famille et mon spychologue.

        Dans ma communauté une personne qui soufre de la maladie mentale c’est honteux , pour eux je suis folle

        • Walter Innocent Jr Répondre

          Milles mercis à vous, Widloune pour ce témoignage. Il est important que les gens qui sont touchés par la maladie mentale puissent prouver aux gens de la communauté que l’on fonctionne bien avec cette maladie lorsqu’on on est pris en charge par des professionnels de la santé.

          Bravo et à bientôt.

  2. Il ne reste qu’à vous remercier pour ce bel article bien documenté. Il est aussi assez révélateur de notre façon de fonctionner dans cette communauté en dehors de la socièté, qui est très exigeante par rapport à l’autre. Et très souvent elle a ne sont pas importantes et répondent pas à nos besoins personnel. Ou tout simplement la perte de repère. Cet élément est essentiel pour tout individu.

    Bravo et continuez à faire votre beau travail.
    .

    • Walter Innocent Jr Répondre

      Un gros merci à vous, André! Votre commentaire est très pertinent. En lisant des gens comme vous, je me dis que nous avons espoir.

      À bientôt, camarade.

  3. Sujet très délicat Walter, que tu as su aborder avec ton habituel professionnalisme. Il est important de sensibiliser notre communauté à l’importance de briser la loi du silence en matière de troubles de santé mentale. Je voudrais toutefois rappeler que s’il faut parler du suicide pour sensibiliser et sauver des vies, en parler n’importe comment, sans comprendre le poids des mots, peut avoir des effets contraires à ceux escomptés.

    • Walter Innocent Jr Répondre

      Merci pour le compliment, et mille mercis pour ton conseil, camarade : « s’il faut parler du suicide pour sensibiliser et sauver des vies, en parler n’importe comment, sans comprendre le poids des mots, peut avoir des effets contraires à ceux escomptés. » À ne pas négliger. J’espère que les lecteurs liront ce commentaire et prendre note.

      Toujours un plaisir de lire tes commentaires pertinents. À bientôt, Ronald.

  4. Vladimir D. (Pas le frere de Patrice) Répondre

    Très bel article frère.

    Le fléau qu’est le suicide s’est rendu jusqu’à notre communauté et fait mtn des ravages.
    Soyons disponibles les uns pour les autres et permettons nous d’être intrusifs dans la vie des gens quand on s’inquiète pour eux.
    Posons des questions embarrassantes parfois, sortons les de la maison pour briser leur solitude d’autres fois.
    Ils nous remercierons plus tard.

    • Walter Innocent Jr Répondre

      En effet, Vladimir, le suicide est en voie de devenir une épidémie dans la communauté. J’aime bien cette phrase : « Sortons les de la maison pour briser leur solitude d’autres fois. Ils nous remercierons plus tard »

      Merci pour le compliment, et il me fera un plaisir de lire votre commentaire de nouveau. À bientôt.

  5. Grégory Jasmin Répondre

    Merci beaucoup pour m’avoir appris la cause du décès de Monsieur macaron et sur ce fléau. Je vais lire aussi l’œuvre de Monsieur Alexandre.

    • Walter Innocent Jr Répondre

      Un gros merci à vous, Grégory Jasmin. Vous semblez avoir une grande classe. La communauté a besoin de plus de gens comme vous.

  6. Très bon article à sensibiliser la communauté davantage, car nos parents le cachent la possibilité d’avoir une maladie mentale pour bien paraitre en société, pour ne pas avoir honte. Pareillement au titre de femme poto-mitan, le poids d’accepter l’inacceptable nuit à briser un cycle comportemental affectant le bien-être de notre entourage, plus les enfants.

    TRÈS BON TEXTE POUR AMENER UN DIALOGUE PUBLIC OU PRIVÉ EN FAMILLE.

    • Walter Innocent Jr Répondre

      Merci pour le compliment, Candice! Et votre commentaire est très pertinent. Espérons que les gens prennent note.
      À bientôt…

Laisser un commentaire