Actualités

Et si les médias foutaient la paix aux Haïtiens de Montréal-Nord?

Ça va bien aller, j’en suis sûr ! Ça va bien aller à Westmount, Outremont, Ville Mont-Royal et Griffintown. Et je ne doute pas que tout ira bien dans la plupart des villes et secteurs du Québec. Toutefois, force est d’admettre que dans certains quartiers de Montréal, l’arc-en-ciel risque de briller par son absence…

C’est notamment le cas de Montréal-Nord, où la pandémie a dirigé les projecteurs afro-montréalais sur le racisme et l’ethnicisation de certains médias québécois.

La communauté haïtienne comme bouc émissaire

En effet, cet arrondissement, qui compte un bon nombre de Québécois d’origine haïtienne, fait aujourd’hui les grands titres des journaux, qui se complaisent dans leur gargarisme ou, si vous préférez, leur turlututu médiatique.

« C’est un peu hors de contrôle à Montréal-Nord », « Des employés du CHSLD tombent les uns après les autres à Montréal-Nord », pouvait-on lire en manchette au cours des derniers jours.

Et dans les plus pervers de leurs scénarios, la communauté haïtienne détient généralement le rôle principal.

En lisant ces articles, nous entrons dans un labyrinthe de subtilités nous orientant vers les « coupables » de la propagation de la COVID-19 dans l’arrondissement de Montréal-Nord.

Non, les choses ne tournent pas rond dans le quartier de Luguentz Dort et de Chris Boucher, deux joueurs de la NBA.

Il y a même lieu de se demander à quand remonte la dernière fois que les citoyens de Montréal-Nord ont pu voir cet arc-en-ciel qui symbolise l’espoir.

S’il est difficile de répondre à cette question, il est possible d’affirmer que depuis l’affaire Villanueva où un jeune a été atteint par des balles tirées par un policier au parc Henri-Bourassa, les médias nous proposent une vision plutôt folklorique du panorama nord-montréalais.

En fait, depuis cet événement tragique, qui a soulevé de vives réactions, les médias du Québec ont à leur disposition un réservoir de stéréotypes dans lequel tous les abrutis puisent, qu’ils soient de Montréal, de Shawinigan ou de Saguenay.

Aux yeux de ces chasseurs d’images horrifiantes et d’histoires tristes, la pauvreté de Montréal-Nord est un élément qui le rend photogénique, donc un produit qui se vend bien.

En d’autres termes, ces reporters, qui sont constamment à la recherche du « scoop » et de l’information spectaculaire, ont l’habitude de convertir un simple reportage sur Montréal-Nord en une « œuvre cinématographique » où le banditisme, le misérabilisme et le sensationnalisme règnent.

Et dans les plus pervers de leurs scénarios, la communauté haïtienne détient généralement le rôle principal.

Il était une fois Benoît Dutrizac et twitter

Oui, malheureusement, à Montréal-Nord, la peau noire est souvent un facteur de discriminations : quand il ne s’agit pas de profilage racial fait par la police, c’est la chosification des Noirs perpétrée par les médias.

D’ailleurs, le journaliste Benoît Dutrizac, « Monsieur Va donc chier », est un bel exemple du mépris de certains médias à l’égard des Noirs.

En répondant à un tweet d’un jeune enseignant afro-québécois, qui valorisait l’apport des réfugiés travaillant dans les CHSLD, M. Dutrizac a montré ses couleurs : « Quel commentaire baveux et méprisant envers le peuple qui vous accueille. Va donc chier! », a-t-il lancé sur son compte twitter.

Les échanges entre Ismaël Seck, le jeune enseignant noir et le journaliste Benoît Dutrizac, « Monsieur Va donc chier », sur twitter

Avant de poursuivre, il y a un point important sur lequel je voudrais attirer votre attention : contrairement à ce que semble vouloir véhiculer subtilement la presse québécoise, le coronavirus ne vient pas d’un marché des Gonaïves ni d’un laboratoire du Cap-Haïtien.

Dans une entrevue à TVA, le journaliste Michel Jean a tout fait pour inciter son invité Ali Nestor à avouer que la culture des Noirs et des Maghrébins est favorable à la promiscuité, ce qui augmente le risque de la propagation de la COVID-19.

Voyez-vous, en si peu de temps, les travailleurs de la santé ( que j’appelle MVP dans un de mes articles ) de Montréal-Nord sont passés de personnes indispensables à la société à de gens indisciplinés, propagateurs du virus.

L’opération de dénigrement des Haïtiens est tellement palpable que le premier ministre Justin Trudeau a dû intervenir en faisant l’éloge des médecins, des infirmières et des préposé-e-s aux bénéficiaires de la Communauté dans une allocution. Et dans un bon créole, il leur demande de « tenir bon et de ne pas lâcher » – kenbe la, pa lage.

Que sa démarche ait été politicienne ou non, M. Trudeau a rassuré plusieurs d’entre nous.

Quand les Haïtiens ont été accusés d’être les responsables du VIH/sida en 1983

Avant de poursuivre, il y a un point important sur lequel je voudrais attirer votre attention : contrairement à ce que semble vouloir véhiculer subtilement la presse québécoise, le coronavirus ne vient pas d’un marché des Gonaïves ni d’un laboratoire du Cap-Haïtien.

Or, aujourd’hui, une sensation de déjà-vu s’observe chez les plus vieux de la communauté haïtienne. Ils ont l’impression que le décor est mis en place pour une stigmatisation de leur communauté, à l’image de la campagne de marginalisation des médias, qui associaient le VIH/sida aux Haïtiens en 1983.

Ça a été un moment douloureux pour la communauté haïtienne.

J’irai même jusqu’à dire que cet épisode honteux a été le pire moment de l’aventure québécoise des Haïtiens : plusieurs chauffeurs de taxi ont perdu leur emploi, des travailleurs de la santé ont refusé de s’occuper des patients d’origine haïtienne et la Croix-Rouge canadienne a déclaré les Haïtiens persona non grata.

Image de l’entrevue où l’animateur Michel Jean a associé la culture des Haïtiens et des Maghrébins à la propagation du virus à Montréal-Nord

Il a fallu des années de luttes antiracistes pour que la communauté haïtienne cesse d’être le « porte-drapeau » du virus de l’immunodéficience – VIH. Il a fallu beaucoup de temps avant que les passagers du transport en commun acceptent de s’asseoir à côté d’un Haïtien.

Certes, la Croix-Rouge canadienne a rouvert ses portes aux donneurs de sang d’origine haïtienne, et les blessures de ce passé ont été guéries. Mais les cicatrices sont là.

La Communauté haïtienne se souvient.

Et elle se rend compte que rien n’a changé. Que peu importe les malheurs, elle est désignée comme bouc émissaire.

À mon avis, il est professionnellement irresponsable que des journalistes fassent, en roue libre, la radiographie des problèmes de Montréal-Nord en taisant le racisme systémique qui sévit dans la société québécoise.

La négligence de cet aspect crucial est une forme de négativisme, qui protège les privilégiés et… qui réduit les discriminés.

Pour finir, chers amis journalistes, je reconnais l’importance de vos couvertures médiatiques.

Cependant, sachez que parler en mal des mêmes personnes encore et encore, toujours et encore, c’est tout simplement de l’acharnement…


Je vous invite à participer à la conversation en laissant un commentaire un peu plus bas sur le site. Merci.

42 Commentaires

  1. Je lis les nouvelles de manière quotidienne, j’ai lu en effet plusieurs fois que la situation était grave pour le covid19 dans la couronne Nord. Mais je ne voyais pas les sous-entendus mais plutôt beaucoup de mentions que beaucoup de travailleurs en première ligne à Montréal étaient d’origine Haïtienne, et je trouvais ça cool. Maintenant, je vois certains articles comme celui-ci, des videos de reporters qui sont font hurler dessus (dont la plupart étant des médias dits « de gauche », paradoxalement), je ne l’avais vraiment pas vu venir. Si les résidents de Montréal-Nord veulent la paix, qu’ils leur la donne, mais dans mon humble avis, les journalistes n’essayaient pas de créer un blâme. Ils vont juste où il y a beaucoup de cas et mettent aussi en lumière le dévouement des résidents qui nous aident collectivement à vaincre le fléau.

    • Bonjour ! Je demeure a Montréal Nord et moi l’autre jour j’étais dans le bus et il y avait a peine 5 personnes une dame haïtienne je sais parce quelle ma envoyer chier en créole à oui mon amoureux est haïtien alors je comprends un peut la langue je lui est dit poliment de se pousser un peut car il y a distanciation elle a dis va ten maudite folle et je vous dit pas le reste et ca pas juste elle plusieurs ,alors peut-être que les gens sont un peut sur la défensive peut importe leurs nationalités.

      • Walter Innocent Jr Répondre

        Bonjour Manon! Je suis vraiment désolé pour ce qui t’est arrivé. Et, oui, en effet, après plusieurs années d’injustices, les gens sont sur la défensive. Ils deviennent méfiants, quoi…

        Merci pour votre visite.

    • Parfois, mais souvent dans votre cas M Dutrizac mieux vaut se fermer la gueule ! Parfois mais souvent un gros Con!

  2. C’est vraiment heurtant de lire votre article ,mais très informatif.Je vis à New York et il ya des choses presque similaires qui se produisent aussi vis à vis de la communauté de couleur noires où brun .A pointer du doigt les haïtiens comme vecteur de la propagation du covid 19 chez vous à Montreal, peut être classé librement comme un acte de xénophobie.Le quatrième pouvoir , si on ne fait attention ,deviendra un outille de destruction .Merci pour ce article.

    • Je suis d’accord avec vous. Je pense que c’est plutôt les traumatismes du passé qui nous poussent à interpréter ainsi les reportages sur Montréal nord.
      Toutefois je pense que les medias devraient aussi dénoncer les conditions socio-economiques déplorables qui prévalent à Montréal nord, qui font que la population est plus exposée à l’épidémie.
      En même temps, le racisme systémique demeure une réalité à la base de ces inégalités.

      • Walter Innocent Jr Répondre

        Merci beaucoup pour cette précision, Pascale. Les journalistes ont un trabail à faire, et j’espère qu’ils continuent à le faire. Mais voyez-vous, entre l’infomation et la stigmatisation, la ligne peut être très mince.

        À bientôt, chère amie.

    • Merci d’avoir écrit cette article. Ça prend plus des gens comme toi dans la communauté. Nous, les Haïtiens avons une lutte perpétuelle à combattre parce que nous avons faire l’histoire le plus extraordinaire.

      • Walter Innocent Jr Répondre

        Merci beaucoup Davidson! La Communauté a besoin de gens fiers comme toi aussi. Ensemble nous vaincrons les injustices.
        À bientôt, cher ami.

        • Bravo Walter,
          Très bel article rempli de lumières.
          Merci pour ton bon travail. Dieu te protège mon frère.
          Ensemble, nous vaincrons

    • Walter Innocent Jr Répondre

      Merci beaucoup Fritz! c’est très rafraîchissant d’avoir votre point de vue, étant donné que vous êtesde New York. Comme vous le dites, les Noirs, quels que soient le pays, la ville, subissent. À nous de remettre les pendules à l’heure, cher ami.

      À bientôt.

    • Walter Innocent Jr Répondre

      Merci beaucoup Fritz! c’est très rafraîchissant d’avoir votre point de vue, étant donné que vous êtesde New York. Comme vous le dites, les Noirs, quels que soient le pays, la ville, subissent. À nous de remettre les pendules à l’heure, cher ami.

      À bientôt.

  3. Khadija Jabiry Répondre

    Votre texte est comme un réveil à une réalité, qui malheureusement n’est pas lumineuse, c’est vrai qu’on suit les nouvelles et on fait seulement attention aux chiffres, qui, on le sait tous sont faux et ne reflètent aucunement la réalité. Tout est malheureusement truqué, faux, maquillé, ça sert à nous blaser, la preuve toutes les subtilités auxquelles vous nous avez réveillés par l’éloquence et les précisions relatées de votre texte. Personnellement j’aimerai savoir combien de cas sont recensés au quartier Hochelagua

  4. cher monsieur
    on ne peut pas foutre la paix à un secteur de Montréal quand il devient l’épicentre d’un virus qui tue des gens. Je me fou que cette population soit blanche, noire, jaune , rouge ou tout autre couleur ,il faut trouver des solutions pour sauver les gens et surtout laisser la discrimination de coté car il n’en est aucunement question dans les actions posées par le gouvernement….premièrement c un fait que beaucoup d’immigrants travaillent en chsl car ils sont les derniers à accepter de travailler à des salaires de misères….ils n’ont pas peur de se relever les manches et d’y aller même si ça ne les rendra pas riche…mais malheureusement ils sont plus à risque d’attraper le virus à cause de leur vaillance……..deuxièmement avec de tels salaires, bien sur ils doivent se loger dans les endroits ou il y a souvent plus de gens donc de promiscuité et comme si ce n’était pas assez, ils aident leur famille en les hébergeant bien souvent chez eux…ce n’est pas rare de voir les grands parents et les enfants trentenaire encore à la maison dans ces familles…dans cette situation si une personne attrape le virus elle peut en infecter pas mal plus . Finalement de mettre tout cela sur le compte du harcèlement en se servant de propos stupides de Dutrisak, en faisant refaire surface au SIDA ou en revenant sur le cas de Villanuéva n’aide aucunement .Perso je ne vois aucune discrimination dans ce qui se passe à Montréal-nord ,au contraire, on a mis en place des solutions pas vu ailleurs comme un autobus pour tester alors que les gens disaient ne pas être capable d’aller aux points de dépistages. Au lieu de les laisser à eux même on a trouvé une solution ,sans compter les camions avec hauts parleurs qui en plusieurs langues incitent la population à se faire tester.
    Moi quand je vois cela je trouve qu’au Quebec on traite tous les gens sur le même pied et ça me blesse énormément d’entendre que nous sommes racistes alors que c’est tout le contraire.

    • Walter Innocent Jr Répondre

      Farnce Rioux, entre informer et stigmatiser, la ligne est très mince. Oui à l’information, non à la stigmatisation, qui aura des conséquences majeures sur une communauté.

      • En arrivant au Québec, des amis d’origines camerounaise et haïtienne me disaient qu’il y avait encore du racisme envers la communauté noire. Je n’arrivais pas à y croire. Puis ils m’ont dit quelque chose qui m’est restée à ce jour, « Tu ne peux pas le sentir, tu es blanche. Nous on perçoit certains comportements dans la rue, dans les transports en commun… etc »
        C’est choquant et vraiment désolant!

    • Marie-Ruth Paulemont Répondre

      Il y a un proverbe qui dit: bien faire et laisser dire, et un autre qui dit: le mépris vaut mieux que la réponse. Si on est fautif en rien, je ne vois pas pourquoi livrer une bataille communicative avec: les médias ou autres. Un virus tueur a fait son apparition à l’échelle mondiale, certaines personnes mal intentionnées pointent du doigt une communauté, pourquoi se justifier. On devrait chercher le coupable, de toute façon ça ne sert à rien, on ne le trouvera pas. Cependant, si on se remet à Dieu, Lui qui dit ds sa parole à moi la vengeance, à moi la rétribution, il s’en chargera. Aussi, il est dit qu’on aura des tribulations ds le monde mais il faut prendre courage car il a vaincu le monde. La crainte de l’Éternel est le commencement de la sagesse et aussi l’humilité précède la gloire. On garde le cap en faisant preuve de sagesse et ds notre humilité on garde le silence pr attendre notre délivrance pcq elle va surgir qd même, j’ai l’assurance. Que Dieu inspire un antidote qui guérira le monde entier de ce virus tueur et que ds pas longtemps par sa grâce on n’ait plus à en entendre parler, c’est ma prière pr l’humanité entière. Soyez bénis!

    • Walter Innocent Jr Répondre

      Exactement, Esther. Ce n’est pas la première offense de ce journaliste indiscipliné. Espérons qu’il mette fin à ses dérives racistes.

  5. Grégory Renaud Répondre

    Merci de partager avec clarté ce qui devrait être plus souvent exprimé ! Bravo car avec ta plume, tu contribues positivement au bien-être de notre communauté !

    • Walter Innocent Jr Répondre

      Merci beaucoup pour tes beaux mots, Grégory. C’est très motivant. À bientôt, camarade.

  6. René Therrien Répondre

    Les secteurs les plus touchés de Montréal sont Montréal-Nord, villeray St-Michel, Ahuntsic Cartierville entre autres . Accuser les noirs d’en être responsables fait une manchette facile mais la réalité de Montréal est plus complexe que ça. Il u a une foule de gens qui ne respectent pas les consignes même après avoir été diagnostiqués . La pauvreté, l’insalubrité de beaucoup de logements, la promiscuité incontournable dans plusieurs cas , la fragilité économique de plusieurs familles, l’incompréhension du français ou de l’anglais et l’inconscience d’une frange importante de la population sont les véritables facteurs de propagation. Ouvrons les yeux et éduquons ceux qui doivent l’être et sévissons contre ceux qui ne veulent pas comprendre.

    • Walter Innocent Jr Répondre

      René, la plupart des gens qui habitent Montréal-Nord ont une opinion différente à la vôtre. Alors qui croire? Mon texte a pour but de dénoncer l’acharnement des médias à l’égard des Haïtiens qui habitent l’arrondissement Montréal-Nord.

      Merci pour votre visite, camarade.

  7. Votre article est tout à fait juste, les journalistes en profitent comme d’habitude pour dénigrer les haïtiens en essayant de leur faire porter le chapeau.

    J’habite à montréal-nord et partout où je vais dans les lieux publics, les gens respectent très bien le principe de la distanciation sociale et la plupart porte un masque, contrairement à ce que je vois dans d’autres quartier incluant le centre-ville.
    Certains journalistes omettent volontairement de mentionner qu’il y a une très forte concentration de résidences pour personnes âgées dans le secteur, sur la rue Gouin, ce qui fait gonfler le nombre de cas.

    Ces soi-disant journalistes devraient avoir honte de leur comportement! En ces moment difficiles, seule la solidarité nous permettra de nous en sortir,

    • Walter Innocent Jr Répondre

      Merci pour ce beau témoignage, Lauri. Vous nous avez éclairé sur la réalité nord-montréalaise. Et puisque je suis au centre-ville, je peux confirmer que les consignes ne sont pas trop respectés. Hélas… Comme vous le dites, ils veulent que nous portions ce chapeau.

      À bientôt, camarade.

  8. Ce qui me dérange est le fait trop de gens font comme s’ils ne comprennent se wui se passe. Encore une fois avec le racisme. Pourquoi on se victimise? Il y’a une énorme différence entre les mêmes observations et la victimisation. On veut juste que cela change. IL EST TEMPS QUE LES GENS GRANDISSENT MENTALEMENT. C’est une société avec un esprit d’enfant qui refusent de grandir et de guérrir leurs émotions. Ce sont comme des enfants qui refusent de laisser les autres jouer et se demandent pourquoi il y’a un problème. Ces gens t’enverrons mourrir pour eux et ils seront les premiers pour t’accuser. Ils te poussent dans le trouble et te demandent ce que tu fais là. Peu importe des bons rapports, il faut ce moment que tu es un noir et il est innévitable. Et le pire est comment ils s’arrangent pour nous enlever tellement qu’ils arrivent à convaicre que des miètes sont okay.

  9. Votre excellent article est tombe dans l’oreille d’un bon entendant.
    Ce qui me dérange est le fait que trop de gens jouent aux autruches. Encore une fois avec le racisme. Pourquoi on se fait passer pour des victimes? Il y’a une énorme différence entre les mêmes observations et la victimisation. Ces gens t’enverront mourir pour eux et ils seront les premiers pour t’accuser. Ils te poussent dans le trouble et te demandent ce que tu fais là. Peu importe des bons rapports avec certains, il faut ce moment inévitable que tu es un noir. Et le pire est comment ils s’arrangent pour nous enlever tellement qu’ils arrivent à convaincre certains que les miettes sont correctes.
    On veut juste que cela change. Il est temps que les gens GRANDISSENT MENTALEMENT et ÉMOTIONNELLEMENT. Cette société avec un esprit d’enfant a un gros syndrome de Peter Pan. Ce sont comme des enfants qui refusent de laisser les autres jouer et se demandent pourquoi il y’a un problème.
    Pointer du doigt est vraiment ce qu’il y’a de plus enfantin. Regarde maman le monsieur… Et pourtant tu portes encore des couches. C’est vraiment ça.
    Il est temps de GRANDIR et de se réveiller. Le racisme détruit tout. Il détruit aussi notre sensibilité humaine. Celle qui nous permet de se respecter, d’aimer et d’évoluer.

  10. Si on regarde les statistiques qui sont le résultat de la science ,Montréal nord est plus atteint et bien oui il y a des noirs ,mais personne ne rends personne coupable..on ne fait que constater les faits…et on mets des actions en branle pour aider le peuple…qu’est-ce qui vous dérange là-dedans? Est-ce qu’à chaque fois qu’il se passe quelque chose dans ce quartier ce sera du racisme?? Nous ne sommes pas aux USA ou on vous traite comme de la merde, ou on vous tire dessus tous les jours….. Ici vous avez les mêmes chances que tous les québécois. un système de santé gratuit, une instruction possible pour tous avec un support du gouvernement si vous n’en avez pas les moyens. Vous vous faites suivre par la police ,moi aussi ,pis je suis blanche et je ne crie pas au racisme……je suis grosse et je suis victime de harcèlement depuis ma naissance, mais vous ne m’entendez pas le crier haut et fort, je prends ma vie en main et je continue mon chemin. Ce discours de chialeux est improductif et je me demande quand vous ferez des actions qui aideront vraiment votre population comme les inciter à se faire instruire, à apprendre le français, et non à demeurer cloîtrés dans vos ghettos ou seuls vous voyez du racisme ou il n’y en a pas!

  11. Mme France Rioux,

    Reprenons vos propos:

    -« Qu’est-ce qui VOUS dérange… » Vous parler à qui???
    -« …je prend ma vie en main.. » Pas les noirs??
    -« discours chialeux et improductif.. » Donc ils n’ont pas le droit à l’expression??
    -« …apprendre le français » Tous les noirs sont illettrés y compris M. Walter???
    -« demeurer cloîtrés dans vos ghettos.. » Tous les noirs habitent dans des ghettos???

    Vous êtes le résultat de la stigmatisation. Vous réduisez la communauté noire à tout ce qui peut être médiocre. Si c’est votre façon de voir la communauté noire, vous contribuez au problème. Voilà le point que M Walter tente de dénoncer.

    Merci!

  12. Le monde est chanceux que les noirs ne veulent pas se venger mais cherche l’égalité humaine.
    Merci pour ton texte Walter.

  13. madame
    Ce qui me dérange c de voir que cet article ne fait aucunement mention de faits scientifiques et que tout est ramené au racisme. Vous refusez de voir que ce qui se passe à Montréal-nord est grave et au lieu de chialer vous devriez dépenser vos énergies pour que le taux de transmission diminue dans ce quartier. En mettant cela sur le dos du racisme, vous banaliser une situation très grave et vous lancez le message aux vôtres que ce n’est pas important parce que c encore du racisme.
    Je m’attendais plutôt que les communautés visibles se mobilisent pour écrire des choses constructives afin de protéger la santé des leurs et mettent des solutions en branle…mais non! vous cherchez à sortir des phrases bidons de leur contexte pour montrer comment vous êtes des victimes…ben je suis désolé mais en voyant cela je me dis que c vous qui êtes raciste et surtout pas aidant pour votre communauté…par chance que des soignants sont là pour vous aider car quand je lis les commentaires ici je me dis que vous ne prenez pas cette pandémie au sérieux.

    et juste en passant, depuis 5 ans j’aide une petite haïtienne , la best de ma fille, à retourner aux études, ce que ses parents ont pas fait pour elle. Alors avant de me juger tournez-vous la langue 7 fois avant de parler…

  14. Merci pour ce texte! C’est tellement vrai! J’ai vécu toute ma vie à Rivière-des-Prairies et j’enseigne depuis maintenant plus de 10 ans à Mtl-Nord et j’adore mon travail. J’ai bien remarqué ce phénomène et ce, malgré le fait que je suis blanche. Je n’ose imaginer ce que les Haïtiens ou les Maghrébins puissent ressentir face à ça…

  15. Je suis de Montréal nord et je dirai ceci
    La communauté Haïtienne n’est en rien responsable du virus covid 19
    Mais! Je peux dire qu’une bonne partie de la population Haïtienne autour de moi , dans mon cartier ne respectent pas les consignes de distanciation et que beaucoup de réunions, d’activités et autres ont lieu à tous les jours un peu partout sans masque ou distanciation
    Just saying

  16. Darrell Langley Répondre

    Je voulais vous remercier mr Walter comme un citoyen de race blanche habitant à mtl nord je suis constamment confronté avec l’ignorance consente. Je vis ici car les gens sont de partout les gens sont acceillant et frenchement s’en vouloir faire de vagues ces rarement la communauté haïtienne qui lance la première piere. Et de plus les médias vive de la peur et de la fausse nvl c’est à demander c’est qui qui décide que la bonne nvl tva c’est un nvx concessionnaire qui ouvre. pour moi c’est notre cartier , leur cartier, mon cartier qui ce rassemble pour battre cette pandémie et la seul foutu raison que cette pandémie est à nos portes ces grasses à ces braves hommes et femmes de notre communauté qui sont en première ligne POUR VOTRE COMMUNAUTÉ peux être quelqun devrais leur rappeler au médias.

  17. Je viens de lire ton texte, vous avez bien décrit le portrait de notre réalité étant que noirs. Je vis à Montréal-nord et je sais exactement de quoi vous parlez. Je suis moi-même indignée de ce qu’on vit présentement. Nous ne devons pas rester dans le silence. J’aime beaucoup votre article c’est pourquoi je l’ai publié et j’ai demandé aux autres d’en faire autant.

  18. Quel excellent billet! Vous avez su cerner le problème qui commence à nous hanter. J’ai remarqué avec effroi que nos courageuses compatriotes commençaient à tomber en grand nombre au combat et je blâme l’administration en place de ne pas avoir fait assez pour les protéger. En se concentrant que sur les problèmes des CHSLD,ils ont mis ces personnes en péril et leur famille
    . Et pour se faire bonne conscience, ils essaient de compenser avec de l’argent que la personne sera trop malade pour en profiter. Ces personnes bien souvent les immigrants que le Québec aiment dénigrer ne sont pas reconnus dans cette crise sans précédent. Nous aurions du avoir notre place au soleil mais non…
    Et tristement nous commençons à faire partie des statistiques et de groupes ciblés négativement. Que faire? Peut-être avons nous besoin de différentes personnalités publiques tel qu’une Régine Laurent ou Dominique Anglade par exemple pour sensibiliser la communauté haïtienne et d’autres figures dans d’autres communautés pour que le message soit clair que le Covid est réel et atteint tout le monde et de suivre les consignes pour se protéger. Car malheureusement je remarque encore des gens qui continuent leur vie sans se soucier du danger parce que nous n’avons pas de representation dans les médias. Les médias ne nous aident pas. Pour capitaliser sur le Covid, et parce qu’ils ont besoin de nouveaux potins, ils nous ont mis en lumière mais pas de façon constructive. Maintenant nous faisons partie du problème malheureusement.

  19. Bel article, il m’a beaucoup interpelé. La communauté asiatique a aussi vécu du racisme systémique – le « virus chinois ». Notre meilleur arme est l’éducation.

  20. Benoit Maltais Répondre

    Bonjour M.Walter.

    Merci de ce texte et aussi d’avoir mis le lien de l’entrevue entre M. Jean et M. Nestor.

    Dans un échange parmis les commentaires, il est fait mention de la sensibilité plus grande de certains par rapport à d’autres personnes. Je suis justement une personne très sensible et souvent je me sens visés, pointé, jugé. Si bine que je m’étais mis à même enregistrer des conversations pour les faires écouter aux autres. Ou j’y voyais de la méchanceté à mon égard, ma blonde n’y voyait même pas de l’impolitesse. Hummm. Je réécoutais mon enregistrement pour trouvé que c’était pas aussi pire que je l’avais ressenti. Pourquoi? Mon hypersensibilité!

    Je connais un peu M. Nestor. Et je ne sens pas qu’il s’est sentis mal avec la question de M.Jean. Même que M.Jean semblait plus mal à l’aise de poser la question. Ok, il l’a répéter et reformuler mais moi, je n’ai pas sentis d’insistance mal saine. Même une recherche de solution. En tout cas, on ne peut pas défendre M. Dutrisac! Celle là, personne ne peut la manquer!

    Concernant le rapprochement des gens, j’ai entendu dans une entrevue que tous les québécois sont plus chaleureux ( câlin, bise sur la joue, distance de bulle intime plus courte) que les ontariens. Faisant que l’influenza se propage plus, plus rapidement au Québec qu’en Ontario.

    On va dire ce qu’on veut mais Francais, italien, espagnol, haïtiens tous les gens latin sont des gens chaleureux.

    Le problème est probablement les asymptomatiques et aussi le manque de prudence quand on se retrouve entre amis et en famille, ou en pose au travail. D’ailleurs je viens de L’Estrie et…. les 3 premières semaines c’était nous la région Numero 2 au Québec. Et c’était juste de nous qu’on parlait. Sherbrooke et Granby.

    Ça va mal, mais Ça va bien aller! #languerose

  21. Bonjour Monsieur,
    Moi j’ai arrêté de lire les journaux et regarder les nouvelles surtout à TVA. Car j’ai compris que c’est gens étaient influençables et ils savent comment salir la réputation. Moi il y’a de nombreuses fois ou je pourrais passer à la télévision quand les médias passèrent, vu que j’étais bien habillée et belle comme noire, ils n’ont pas voulu me poser des questions, mais ils se sont dirigés vers d’autres personnes qui n’étaient pas sur leur 36 et qui à mon avis pas très éduqué et qui ne maîtrisait pas totalement le français. Somme toute, c’est cette image qu’ils veulent nous montrer. Au Cégep, pour la prise de photos pour les mettre à l’agenda, j’avais de superbes belles photos, ils ne les ont pas prises. Et quand j’ai vu ceux ils ont choisis j’ai dit wow j’étais trop belle pour eux étant que noire il ne faut pas que j’attire le regard 😆 parce que pour eux les noires devraient Ressembler à des caricatures comme on nous les montres ( lèvres épaisses, nez aplatit, les oreilles gros comme un éléphant.. etc. ) en gros ils font des haïtiens le jeu qui s’appelle “ Accusons la victime “
    Merci pour l’article!

Laisser un commentaire

Share via