Culture

La cuisine haïtienne en tête du classement mondial de la gastronomie


Comme le dit le célèbre dicton, tous les goûts sont dans la nature, c’est-à-dire que la nature est assez vaste pour contenter chacun. Cependant, dès qu’il s’agit d’établir un palmarès des meilleures destinations gastronomiques, Haïti et les pays de l’Afrique subsaharienne sont systématiquement éliminés, comme s’ils étaient rayés de la carte du monde.

L’objectif de ce texte est de valoriser la cuisine haïtienne et de contribuer à l’essor économique des communautés noires en déconstruisant l’occidentalocentrisme qui paralyse les entrepreneurs noirs, tant au niveau national que mondial.

La propagande occidentale

Chers lecteurs, je vous mets au défi de faire une recherche sur Internet et de me trouver un pays des Antilles ou de l’Afrique subsaharienne qui figure dans les classements des meilleures cuisines du monde.

Cet exercice devient rapidement exténuant lorsqu’on constate que même dans les listes les plus longues des destinations gastronomiques, les nations noires brillent par leur absence.

Pour ne pas franchir les limites de la civilité, disons simplement que ce battage médiatique est de la bouillie pour les chats, et que la cuisine haïtienne, grâce à ses saveurs bien épicées, se situe bel et bien au sommet de la pyramide gastronomique.

Voyez-vous, qu’il s’agisse de la chaîne d’information CNN, de magazines de voyage ou de revues culinaires, la cuisine des peuples noirs fait l’objet d’ostracisme sous la plume des critiques gastronomiques.

Comme vous le savez, cette élimination discriminatoire, qui est une insulte à la créativité culinaire des Haïtiens, s’inscrit dans l’habitude de Hollywood et des médias occidentaux de présenter l’homme blanc et la femme blanche comme critères de beauté et symboles de réussite.

À la télévision et au grand écran, comme dans les magazines de mode, nous assistons continuellement au défilé des visages hellènes, des cheveux lisses, des yeux bleus, verts, etc.

Or, dans l’industrie de la gastronomie, les choses ne sont pas différentes, car dès qu’on parle de classement mondial, les mêmes poncifs reviennent : « La cuisine française est la plus raffinée, l’Italie domine la gastronomie mondiale, l’Espagne à la tête du classement des meilleures cuisines du monde ».

Pour ne pas franchir les limites de la civilité, disons simplement que ce battage médiatique est de la bouillie pour les chats, et que la cuisine haïtienne, grâce à ses saveurs bien épicées, se situe bel et bien au sommet de la pyramide gastronomique.

Après tout, Christophe Colomb, ce navigateur resquilleur, n’était-il pas en quête d’épices lorsqu’il débarqua sur Ayiti le 5 décembre 1492 ?

L’oubli de soi

Malheureusement, Gens de la Communauté, beaucoup d’entre nous tombent dans le piège propagandiste des Occidentaux.

Ne parvenant pas à décoloniser notre imaginaire, nous imaginons des histoires dans lesquelles l’Occident tient le rôle principal. En d’autres termes, nous croyons que tout ce qui vient de l’Europe et de l’Amérique blanche est mieux que ce que l’Afrique noire et Haïti ont à offrir.

Depuis notre rupture avec l’esclavage, notre attention s’est souvent portée vers un ailleurs illusoirement meilleur, et afin d’assouvir ce fantasme occidental, nous sublimons des étrangers qui sont bien ordinaires.

Par exemple, à une certaine époque, les chaussures fabriquées en Haïti (soulye peyi) étaient tournées en dérision par la population, et les chaussures importées (soulye etranje) étaient reçues avec adoration et louange.

Et à Montréal, dans plusieurs de nos mariages qui sont célébrés dans des salles de réception italiennes, nous délaissons notre lambi et notre tasso de cabrit, de boeuf, pour faire place aux pâtes italiennes.

A contrario, à aucun moment des jeunes mariés italiens ne susbtitueraient leur osso buco ou leur ravioli, des plats traditionnels de leur pays d’origine, par des pâtés haïtiens et des acras de morue à l’occasion du plus beau jour de leur vie.

Pourquoi donc cet oubli de soi ? Se pourrait-il que nous sous-estimions notre propre valeur ?

De manière euphémique, je dirais que nous avons été durement touchés par le rouleau compresseur de l’occidentalisation et du messianisme culturel.

À quoi sert-il de parler du mouvement « Buy Black » (acheter noir) si nous ne louangeons pas publiquement l’excellence des entrepreneurs noirs, notamment les restaurateurs ?

Pourtant, dans ce méli-mélo de restaurants haïtiens où le Kamúy et l’O’Rhema se distinguent par l’excellence et la diversité de leur kwizinn, les Steve, Anna, Sissi & Paul et bien d’autres membres de la communauté font bon usage de leur fourchette antillaise au Casserole Kréole.

Écrire sa propre histoire

En réalité, il existe plus de 1804 raisons pour lesquelles notre cuisine doit être reconnue comme étant la meilleure au monde, et la soupe joumou arrive en tête de lice de l’argumentaire sur la supériorité haïtienne en matière de gastronomie.

Pour nous, Haïtiens, cette soupe représente la liberté, la fierté, la gloire et le triomphe, mais pour les étrangers, elle constitue un voyage dans le temps de nos ancêtres où Bonaparte et son armée ont été humiliés, c’est-à-dire un cours d’histoire sur la Bataille de Vertières à travers une expérience culinaire mémorable.

Personnellement, je n’ai rien contre les spaghettis à la bolognaise et la lasagne de l’Italie, toutefois, que ces soi-disant experts en gastronomie ne viennent pas nous dire que ces plats surpassent le lalo de pattes de porc et de crabes de l’Artibonite.

Croyez-vous vraiment que le tortilla de patatas de l’Espagne est supérieur à notre griot accompagné de bananes pesées et de pikliz, des éléments qui jouent un rôle essentiel dans nos plats de fritay ?

Je dois avouer que j’apprécie le foie gras et le cassoulet français, néanmoins ils ne se comparent pas au riz collé et au poulet aux noix de mes kinam du Nord d’Haïti.

Le caractère protéiforme de notre riz est une richesse culinaire autant pour Haïti que pour les amants de la gastronomie.

Du riz djon-djon au riz blanc avec sauce pois noirs, en passant par le riz au pois Congo, l’ingéniosité de nos ancêtres a permis à de nombreux gourmets et aux gourmands du monde d’éveiller leurs papilles gustatives.

Et que dire du poisson « gros sel » de Léogâne, du Tomtom et du Komparèt de Jérémie ?

Contrairement au grand intellectuel Aimé Césaire qui, en 1956, a demandé à l’Occident de « laisser entrer les peuples noirs sur la grande scène de l’histoire », nous devons écrire notre propre histoire afin de corriger les fautes volontaires des colons.

Oui, filles et fils de Dessalines, nous avons le devoir de diffuser notre savoir-faire culinaire pour que notre gastronomie soit bien positionnée sur la scène internationale.

À quoi sert-il de parler du mouvement « Buy Black » (acheter noir) si nous ne louangeons pas publiquement l’excellence des entrepreneurs noirs, notamment les restaurateurs ?

Comment pouvons-nous espérer que des restaurants haïtiens pullulent dans le centre-ville de la métropole et dans le Vieux-Port si les Montréalais ne savent pas que la cuisine haïtienne est en tête du classement mondial de la gastronomie ?

À nous de convaincre les gens que notre Pain Patate est le meilleur dessert de la galaxie et que notre Douce Marcos (dous makos), la fierté de Petit-Goâve, et notre crémasse sont sans égales.

À nous de vendre notre salade, chers compatriotes.

Enfin, nous devons remettre les pendules à l’heure afin de ratrapper notre retard en matière de développement économique.


Voici les liens et les coordonnées de quelques restaurants haïtiens et africains où casser la croûte à Montréal et ses environs : La Perle Kwizine, Shandmas, Rose Café, Au Gout tropical, Goûter Caraïbes, Le Bled, Queen Sheba, Maquis Yasolo, Chez Madame Dorvil, Chez Milie Casse-Croûte, Kizin Kreole et Casses croûtes Quick Stop.


Je vous invite à participer à la conversation en laissant un commentaire un peu plus bas sur le site. Merci.


42 Commentaires

  1. Marc-Eddy LAJOIE Répondre

    Tuez -moi ou pendez- moi ( tué’ m, ou pan’ n m’rin si ou vlé)si vous le préfèrez, mais je raffole de la cuisine hatienne et suis prêt à laisser un gros pourboire pour tout restaureur me traitant comme un prince sur la table. J.A. P. Marc-Eddy Lajoie.

    • Je mets l’accent sur « restaureur me traitant comme un prince sur la table. » Dixit J.A. P. Marc-Eddy Lajoie.

      Si le service etait comme les plats, une reservation de 2 semaines a l’avance serait de mise chez nos restaurateurs haitiens

      • Walter Innocent Jr Répondre

        En effet, Ron, nous devons améliorer le service. Il y a déjà un changement, camarade.

    • Peterson Dessalines Répondre

      Excellent article. Notre génie culinaire n’est plus à démontrer, mais simplement à divulguer. Méme les torboyaux des animaux de prairie en tèmoignent du génie qu’il faut pour leur faire »monte tab »et nous y parvenons average briot.
      Chapo
      Peterson Dessalines

      • Walter Innocent Jr Répondre

        Merci beaucoup Peterson ! À nous de divulguer notre génie, comme vous le dites. La cuisine haïtienne n’a besoin que de la visibilté. À bientôt, compatriote.

      • Le problème est loin d’être les autres, nous sommes notre propre ennemis. Je suis toujours anxieuse de rentrer dans un commerce/ restaurant haïtien, car j’ai peur de me faire regarder de haut. Le service chez nos frères est vraiment pourri, ils servent l’homme blanc mieux que leurs compatriotes à peau foncé . Raciste et discrimination tu dis? Nous sommes les champions et envers les nôtres .
        Par contre, mange Ayisyen bon!

  2. Trop bien votre article.C’est une réflexion que je me suis faite plis d’une fois.Et aussi je rapproche à certains de la diaspora qui pretende avoir des restaurants haitiens, de n’être que des  » machann alekin pèpè »
    Nous nous devons de monter le niveau de creer des restaurants digne de ce nom et de faire valoir notre riche et succulente gastronomie.
    Que ta voix qui celle de pleins d’ autre fasse écho et inspire de nouvelles choses.

      • Jean gardy lionel Répondre

        Mais allé dormir 😂😂😂😂😂 site faite par des noirs qui se auto-promote 🤣🤣

        • Jean Gardy Lionel, n’est-ce pas ce que font les blancs? Pourquoi ironiser même action lorsqu’elle est commise par des noirs? A qui la responsabilité de valoriser et promouvoir notre gastronomie?

          • Walter Innocent Jr

            Bien dit, Anne Lucas. Bravo !

      • Walter Innocent Jr Répondre

        Je comprends parfaitement, Junio. Je suis d’accord avec vous. À bientôt.

    • Marie-Chantale Répondre

      Nos mets haïtiens sont très bons. Le seul problème c’est que à Montréal il n’y a pas vraiment un resto à la hauteur de ce que on peut démontrer.d’après moi, il devrait avoir une corporation de chefs haïtiens pour arriver à prouver tout cela. Il y a de bons cuisiniers à Montréal mais chacun préfère se mettre seule à faire des petits casse-croûte ici et là. Il est temps de se mettre ensemble, oublions le Moi et fait place aux Nous.

        • Francinette Cuisine Répondre

          Bonjour

          je suis blogueuse Culinaire via Facebook.
          J’ai moi même mi la cuisine Haïtienne en valeurs, part rapport à la salade PIKLIZ et à la BANANE PÈSÉ
          qui à eu ÉNORMÉMENT DE SUCCÈS.

          je ne n’y attendait pas
          J’AI MÊME REÇU DES FÉLICITATIONS DEPUIS HAÏTI 🇭🇹🇭🇹🇭🇹

          CELA PROUVE QUE C’EST UNE SALADE INTERNATIONAL.

          BRAVO AU PEUPLE HAÏTIEN.
          POUR CET HÉRITAGE CULINAIRE
          QUE FAIRE PARTI DE LA CUISINE GUADELOUPÉENNE.

          • Walter Innocent Jr

            Bravo pour cette initiative, Francinette ! Je suis heureux de savoir qu’il y a des gens comme vous qui valorisent notre cuisine. Et je compte bien vous suivre afin d’apprendre plus. Merci et à bientôt, camarade.

        • Walter Innocent Jr Répondre

          Un grand merci à vous, Odeline. C’est grandement apprécié.

        • Frederick Pierre Répondre

          Good job ! You say or write what most of us whisper. Thanks for hitting the mail on the head about our cuisine , which Is out of this world.

          • Walter Innocent Jr

            Thank you very much, Frederick ! We should always elevate ourselves, because no one else will do it for us.

      • Walter Innocent Jr Répondre

        Je comprends votre souci, Marie-Chantale. Le temps viendra où les restaurants haïtiens sauront charmer les gens grâce à leur décor. Merci pour ce commentaire et à bientôt.

    • Très beau article! Malgré que Je sois “vegan” j’adore la cuisine haïtienne. J’essais toujours de créer une version vegan bien épicé. J’espère que beaucoup d’haïtiens feront de leur mieux pour continuer à poussser la cuisine haïtienne.Sans mentir on est la meilleure. Bravo pour ton article!

      • Walter Innocent Jr Répondre

        Merci beaucoup Rollin ! C’est vraiment gentil. Continuons d’apprécier la cuisine haïtienne. À bientôt.

  3. J’ai lu et j’ai grandement apprécié l’article.
    A la fin du texte, ce qui m’a plu le mieux , j’ai été emu de voir que les cuisines haïtiennes référencées incarnent de par leur nom une réalité de notre quotidien ici en Haïti en depit de nos problèmes de chaque jour.
    C’est le cas de schandmas☺️, qui incarne à la fois la beauté perdue de notre capital, un carrefour de rencontre, de résistance, un agora où se réunit les néophytes initiés à la pensée philosophique et scientifique 😌, un univers de dégustation encore plus de notre cuisine à travers l’étalonnement des ti machann fritay et aleken.
    Bon travail chèr frère haïtien

    • Walter Innocent Jr Répondre

      Merci pour les bons mots, Jean Evenson ! En effet, quand on va au restaurant Chandmas, on se croit à Port-au-Prince car la plupart des oeuvres d’art du restaurant viennent d’Haïti. Et la nourriture est succulente. Je suis content que le nom du restaurant vous ait charmé. À bientôt, cher compatriote.

  4. Article intéressant!
    Honorez sa culture et sa gastronomie est la voie à suivre.
    La cuisine haïtienne est savoureuse et je la fais découvrir dès que j’en ai l’occasion.
    Merci

    • Walter Innocent Jr Répondre

      Merci beaucoup Sabrina ! Oui, nous devons faire découvrir la cuisine haïtienne afin qu’elle soit reconnue mondialement. Bravo à vous et à bientôt.

  5. Tres bien ecrit !….J’ai manager durant 20 ans un resto creole en plein centre de Paris. Beaucoup de clients vous parlerons en eloges de cet etablissement. Frequente par une elite entre autre, haitienne. Ce resto etait ouvert, et rempli tous les jours, declanchant de la jalousie chez les confreres dans la meme rue, de cuisine italienne, francaise et autre .
    Le cochon de lait etait une de nos specialites, Les colombos de cabrit, court boullon de poison et autres daurades grilles au citron vert etait au top !
    Les clients venaient de partout. Meme des US. Comment ? Je ne saurais le dire !
    Une tres belle experience….

    • Walter Innocent Jr Répondre

      Merci beaucoup pour le compliment ainsi que pour votre témoignage, Rosine ! Je suis heureux de savoir que la cuisine haïtinne a su charmer les Parisiens et qu’elle ait fait des jaloux. Cela veut beaucoup dire. À bientôt, camarade.

    • Walter Innocent Jr Répondre

      Merci beaucoup Fernanda ! C’est grandement apprécié.

    • Sauveur Joseph Isaïe Répondre

      Bravo pour cet article. Mais si on veut parler de la gastronomie haitienne, on devrait surtout parler de ( mousa manyòk ) qu’on peut trouver à la gonâve.

      • Walter Innocent Jr Répondre

        Merci beaucoup, Sauveur Joseph ! En effet, le mousa anyòk de La Gonâve est un élément essentiel à la cuisine haïtienne.
        À bientôt.

  6. Richard Charles Répondre

    Très belle reflexion, par contre il faut noter que nous avons des plats haïtiens mais il n’existe pas encore une restautation haitienne.

    Les haïtiens ne pansent pas si grand. Nous sommes limités dans tout ce que nous voulons entreprendre.

    Il nous manque la cooperation, l’union, la solidarité.

    • Walter Innocent Jr Répondre

      Merci beaucoup pour le compliment, Richard ! En effet, nous devons croire en nos moyens penser grand. Le temps viendra. À bientôt, camarade.

  7. Pourquoi pas un festival de mets Haïtien.. après tout, il y a bien le festival de la poutine… Mes 2 mets Africain préféré sont le riz aux gras.. et le poulet yassa. Ce sont 2 mets que je prépare chez moi à l’occasion de la même manière qu’on me la montré en Afrique il y a quelques années déjà… Les seuls bâtons qui nous barre la route et nous empêche d’avancer ce sont ceux que nous nous mettons nous même.

    • Walter Innocent Jr Répondre

      En effet, Nathalie, un festival haïtien de rait voir le jour, mais je crois qu’il y a plusieurs restaurateurs haïtiens qui participent au festival du monde de la cuisine au Vieux-Port.

      Merci pour votre participation et à bientôt.

  8. Jean Davy mexil Répondre

    Je veux devenu un cuisinier célèbre j’aime cuisiner cest ma passion dans mon pays Ayiti on n’a toujours pas la possibilité de faire ce q’ on veut j’ai 28 ans j’ai une fille âgée de 5ans j’ai des rêves et j’abandonne pas  » Lambition sans la connaissance n’est qu’un bateau sur une terre desséchée le but de la vie humaine c’est L’action »je suis prêt à passer à l’action qui veut m’aider ? Mon numéro c’est de 44832648 « Dave le p’tit grand » je suis un belerien je vis à bel air pour ce qui connait cette quartier défavorisé

  9. Taina K. Momperousse Répondre

    Moi je vous le dis clairement, je suis malade de la cuisine haitienne. Je ne veux en aucune maniere allee gouter d’autres nourritures des autres pays. Mon fiancé souvent me dit que je suis trop nationaliste en matiere de nourriture “ Koman w fe renmen vwayaje e w pa vle goute manje lot kote ki mod avanti sa”

  10. J’ai bien lu cet article et c’est toujours difficile de parler de supériorité ou pas de telle ou telle gastronomie tant les différences sont énorme ..
    Si la cuisine française domine avec la cuisine italienne , c’est, par exemple, que la France à produit plus de 100.000 plats différent au fil des siècles et cela, à partir du XI eme , c’est dire ! et plus encore, dans la plupart des plats inventé par la France, chacun d’entre eux et déclinable en plusieurs dizaine de façon, je rajoute que la France et l’Italie , nation sœur , on des milliers de spécialité , le fromage, le vin, la charcuterie ect.. c’est très peu le cas des autres nation et c’est pour cela principalement qu’ils sont très bien noté..
    La gastronomie Haïtienne est différente, c’est une expérience tout comme les autres cuisine , j’ai gouter la votre et je l’apprécie tout comme j’apprécie la cuisine Japonaise ( je n’aime pas la cuisine espagnole, anglaise ou allemande ) mais c’est sans aucun rapport avec la cuisine italienne ou française qui sont, je suis désoler, au dessus bien que je reconnaissent qu’en terme de cuisine épicée, la France est à la ramasse , là, j’irais plutot choisir la cuisine Indienne .. bref

  11. Robin du Nord Répondre

    Walter Walter Walter… C’est vrai, la cuisine Haitienne c’est magique. C’est bon, c’est gouteux, c’est chaleureux, c’est coloré et oh combien réconfortant. En tant que Canadien Français ayant grandi dans le Nord de MTL j’ai toujours eu des amis d’origine Haitienne et ce fut une véritable révélation lorsque j’ai gouté mon premier griot. Et c’était la grande sortie quand mes parents me donnait la permission de souper chez eux. Aujourd’hui j’ai de l’epis et du pikliz en permanence dans mon frigo, je fais même pousser mes scotch bonnet.
    Mais c’est bon là, ce serait bien d’arrêter de se plaindre de l’occident, non? T’sais, »l’habitude de Hollywood et des médias occidentaux de présenter l’homme blanc et la femme blanche… » Bah… wais… quoi…tu es en occident vieux! Tu t’attends à quoi? Regarde la télé latino, on y voit des latinos, regarde la télé coréenne, bah on y voie des coréens! Est-ce de la propagande pour autant? D’autant plus que c’est vraiment de mauvaise foi car la télé Nord-Américaine est une des plus diversifié au monde. Prouve moi le contraire.
    Ajoute à cela le fait que vous avez la chance d’avoir votre propre pays! Votre propre gouvernement! Aucune raison de ne pas faire briller votre culture!
    A titre d’exemple, au Japon il y a un organisme qui forme des chefs à l’international pour faire rayonner la cuisine Japonaise authentique. Le prérequis pour s’inscrire? Ne pas être japonais! C’est très bien pour la visibilité en plus de créer de la demande pour les produits de l’archipel.
    Alors go les chefs Créoles! Go, le ministère de la culture Haitienne! Organisez vous, lachez les casses-croute/épicerie, ouvrez des restos haut de gamme et faite en la promotion. Elles sont où les grandes écoles de cuisine créole? Les restaurants 5 étoiles? L’occident n’a rien à voir là dedans. Cessez de vous en plaindre et prenez votre destin en main!

Laisser un commentaire