Société

Les Haïtiens Respectent-Ils Leur Drapeau National?

Au milieu de la semaine, face à une polémique nationale, le musicien Richard Cave a tenu à s’excuser auprès du peuple haïtien pour un incident que l’on pourrait baptiser le « Drapeau gate », dans une vidéo.

Quelques jours plus tôt, l’ancien membre du groupe musical Carimi a utilisé son pied pour se débarrasser du drapeau haïtien, qui était devenu encombrant sur la scène, où il animait devant une foule survoltée.

À vrai dire, ce scandale est beaucoup plus profond que l’on pense. Il ne se limite pas qu’au drapeau et au coup de pied à la Ronaldinho de Richard Cave.

En écoutant attentivement les mots d’excuse de l’artiste, qui commençait à sentir la soupe chaude, j’ai constaté que le nationalisme, le noirisme et le mulâtrisme étaient aussi au menu de cette tourmente. Mais gardons ce sujet assez complexe et tabou pour un article à venir.

https://youtu.be/VV4THWUFwFU

A-t-il outragé le drapeau bicolore d’Haïti? Oui.

D’ailleurs, il y a eu manque de respect dès lorsqu’il a laissé tomber par terre l’emblème du pays. En aucun temps on ne doit laisser ce symbole d’État toucher le sol.

Cependant, il serait juste d’avoir une certaine compréhension en mettant les choses en contexte.

Sur scène, dans le feu de l’action, il n’est peut-être pas simple de tout contrôler. Que ce soit dans le monde du spectacle, du sport ou de la politique, on fait tout pour plaire au public. Celui-ci étant notre préoccupation, on oublie tout autour de soi.

Donc, le geste de Richard Cave n’était nullement volontaire. Et son discours rédempteur m’a convaincu.

À ne jamais faire avec un drapeau

Ironiquement, dans cette même foule qui acclamait le musicien haïtien, plusieurs ont probablement manqué de respect au drapeau de Dessalines.

Je ne connais pas profondément les règles de l’État haïtien en termes de respect du drapeau, mais disons que si l’on tient compte du code universel, beaucoup d’entre nous outragent régulièrement le drapeau haïtien. Que ce soit durant le carnaval, lors des manifestations ou le 18 Mai.

Je vous rappelle qu’un drapeau mis dans sa poche arrière n’est plus un drapeau, il devient un mouchoir.

Un drapeau enroulé autour du corps de quiconque n’est pas un drapeau, c’est une serviette de bain.

Un drapeau n’est pas non plus un foulard que l’on peut attacher à la tête.

Le joueur de la NFL Pierre Garçon

Il importe toutefois de souligner que les Haïtiens ne sont pas les seuls à ne pas respecter les protocoles du Drapeau.

Le drapeau, plus qu’un symbole

Personnellement, je n’ose pas trop utiliser le symbole de nos acquis historiques, de peur de le froisser, de l’âbimer, ce qui est une atteinte au civisme et à la Nation.

Disons que je m’en sers aux moments opportuns :  lorsqu’il y a ralliement, et à la commémoration de moments historiques.

Chers compatriotes, lorsque vous êtes au carnaval, et que vous dansez et sautez allègrement, votre bicolore que vous tenez en main n’est pas qu’un morceau de tissu. C’est un élément d’identification patriotique qui doit être pris avec précaution, car Il est aussi précieux que vous pouvez l’être. C’est vous. Il vous représente…

Il y a un vieil adage qui dit : « Il n’y a que deux choses à faire avec un drapeau : ou le brandir à bout de bras ou le serrer avec passion contre son cœur ».

Dire qu’il y a une trentaine d’années, les Haïtiens de la diaspora n’avaient pas cette passion patriotique.

Le Bleu-Rouge était méprisé!

Aujourd’hui, je me réjouis de cette controverse, sachant que l’Haïtien affirme son haïtiannité quel que soit l’endroit.

Néanmoins, pour le Pays, pour les Ancêtres, respectons notre drapeau national!

Laisser un commentaire