Les brèves

Nicolas Duvalier et l’amnésie haïtienne

Chez les Grecs de l’Antiquité, la mémoire était un art cultivé d’associer des images à des lieux. En effet, on se servait des lieux pour classer et entreposer des images.

Par exemple, chez nous les Haïtiens, la photo du footballeur Emmanuel Sanon nous ramène au Stade olympique de Munich, où il a marqué son magnifique but contre l’équipe italienne, en 1974.

Et personnellement, quand je tombe sur une image de Nicolas Duvalier dans les réseaux sociaux, je pense à son père et son grand-père.

Je pense également à Fort Dimanche, aux Casernes Dessalines, aux injustices et atrocités commises dans ces lieux infernaux.

Or, depuis quelque temps, je constate que la duvaliérisation de certains Haïtiens des comunnautés diasporiques nous pousse à garder une image positive de ce passé douloureux.

Leur démarche propagandiste est basée sur la sécurité du peuple haïtien.

Quelle tristesse!

Quant au petit Nicolas, « le sauveur » d’Haïti, avant de passer en mode rénovation morale, il devrait cogiter un peu plus sur son héritage moral.


Je vous invite à participer à la conversation en laissant un commentaire un peu plus bas sur le site. Merci.

Laisser un commentaire

Share via